30 décembre 2013

Hygiène à l'hôpital : retour sur l'opération «mains propres» !


Pour lutter contre les maladies nosocomiales, les pouvoirs publics ont initié, depuis 2009, des campagnes de sensibilisation à l'hygiène des mains. Personnels soignants et patients, nous sommes tous concernés !


« Maintenant, j'ai le réflexe », lance fièrement Lisette, aide-soignante près de Bordeaux, en frictionnant énergiquement ses mains ! Depuis quelques années, les pratiques évoluent. L'hygiène des mains est désormais considérée comme essentielle pour lutter contre la propagation des maladies nosocomiales à l'hôpital. « Se laver les mains doit constituer une règle d'or de la pratique médicale et soignante en milieu hospitalier », estimait, en mai dernier, la ministre de la santé Marisol Touraine. Il faut dire que 20 à 40 % des infections associées aux soins sont des infections transmises par les mains, par simple contact.

« Mission Mains propres »

Voilà pourquoi, chaque année, depuis 2009, une campagne baptisée « Mission mains propres » rappelle en effet les gestes élémentaires à accomplir, à la fois par le personnel soignant mais aussi par les patients. La campagne s'est élargie cette année à l'ambulatoire. Lisette a désormais une technique infaillible et elle ne rate jamais une occasion de transmettre son savoir-faire à ses patients avec beaucoup de pédagogie : « Regardez-moi ! Il faut commencer par frictionner les paumes de chaque main l'une contre l'autre en utilisant la solution hydroalcoolique qui se trouve dans votre chambre, frotter chaque centimètre carré, les espaces entre les doigts, les articulations, les poignets et les ongles, mais le plus important c'est la durée du lavage, 10 secondes c'est trop peu pour venir à bout des bactéries et des virus, il faut faire l'effort de se frictionner les mains au moins 30 secondes ! »

« Zéro bijou à l'hôpital »

Mais le lavage des mains, même prolongé, même répété autant de fois qu'il le faut selon les règles de l'art rappelées par Lisette, reste inefficace si les soignants ne s'obligent pas à enlever bagues, bijoux, montres et bracelets ! C'est le deuxième axe de la campagne des pouvoirs publics, intitulé « Zéro bijou à l'hôpital ». Si la plupart des soignants acceptent sans difficulté de laisser leurs bijoux au vestiaire, certains ont eu beaucoup de mal à se séparer de leurs... alliances ! " Au début, je n'étais pas d'accord ", avoue Fiona, infirmière à Caen, « par principe je ne voulais pas retirer mon alliance, j'avais peur de la perdre, et je me disais qu'on faisait un peu trop de zèle, vraiment je ne comprenais pas cet acharnement à vouloir nous priver de nos alliances ! » Mais Fiona a découvert comme beaucoup, sur internet, la fameuse photo d'une alliance grossie 5000 fois qui avait été immergée dans une culture. Cette photo a été réalisée en 2011 par le service « hygiène » de l'hôpital de Hagueneau avec la faculté de Strasbourg. Sur cette photo, on s'aperçoit que l'alliance, contrairement aux apparences, n'est pas lisse du tout, qu'elle comporte de nombreuses griffures en surface qui peuvent abriter des colonies de streptocoques ! « Maintenant, j'enlève tous les bijoux en arrivant », raconte Fiona, « et je laisse mon alliance chez moi, en sécurité... »


Pour en savoir plus sur le travail en milieu hospitalier, consultez les articles suivants :
Réforme des retraites 2014 : hospitaliers, savez vous ce qui vous attend ?  
Soignants : se protéger de la souffrance des malades
Faire face à la violence dans les hôpitaux
Pourquoi les donneurs de sperme sont-ils de plus en plus rares ?
Greffes d'organes : les soignants face au refus des familles
Stocker nos cellules souches pour réparer notre corps plus tard, est-ce bien raisonnable ?
Réforme des retraites 2013 : quels changements pour les hospitaliers ? 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.