01 juillet 2014

Garde partagée à domicile : une nounou pour deux familles !

Dès les beaux jours , de nombreux jeunes parents cherchent la famille idéale pour faire « nounou commune » à la rentrée de septembre. Pas toujours facile, car il faut bien choisir l'autre famille, donner une vraie place à chaque enfant, faire des concessions en amont et respecter les horaires pour éviter les tensions qui pourraient survenir...

Faire « nounou commune », c'est faire appel à une nounou qui gardera, ensemble, votre enfant et celui d'une autre famille, alternativement chez vous et chez les autres parents. Ce mode de garde se développe de plus en plus face à la pénurie de places en crèche et pour des raisons pratiques et économiques : il a l'avantage d'être moins coûteux car le salaire de la nounou est partagé. Pour les parents, cette formule permet davantage de liberté : plus besoin de se précipiter à 8 heures du matin à la crèche ! En restant à mi-temps chez lui, votre enfant conserve aussi ses repères. Mais si l'idée est séduisante, elle ne souffre aucune improvisation, sous peine de tourner rapidement au cauchemar ! Il faut bien choisir la famille avec laquelle on va partager la nounou. Le plus souvent, les recherches se font par petites annonces : « Recherchons famille à partir de septembre pour partager une nounou avec notre petite Chloé, 2 ans. Souhaitons une garde en alternance de 9 h à 18 h, cinq jours sur sept, nous pouvons facilement héberger un deuxième enfant... » Ces annonces se multiplient sur internet à partir du mois de mai ! A chacun, ensuite, de faire le tri. « Choisir une famille uniquement parce qu'elle habite à 5 ou 10 minutes à pied, n'est pas très sérieux. La règle n°1 c'est d'être compatible avec elle. Si on ne partage pas les mêmes modes de vie, les mêmes principes éducatifs, par exemple si une famille est laxiste, l'autre rigide, c'est l'échec assuré ! » raconte Norma, infirmière et jeune maman de 33 ans qui vit près de Lyon. Ce que confirme Laurence Rameau, puéricultrice : « Avant de s'engager, les parents doivent apprendre à se connaître, ils doivent vérifier si leurs enfants « accrochent », aller ensemble au square, visiter mutuellement leurs appartements, s'apprivoiser l'espace de quelques week-ends... »

Recruter la nounou ensemble

De la même manière, il est indispensable de recruter la nounou ensemble. Elle doit convenir à chacun et ne pas habiter trop loin. Fanny, aide soignante à Rennes, jeune maman elle aussi, a mis en place une garde alternée en observant des règles strictes : « Avec l'autre famille, nous avons calé en amont les horaires de la nounou, le rythme des siestes, des sorties, qui fournira le repas selon les jours... Et nous avons tout écrit noir sur blanc pour éviter les mauvaises surprises ! » A chaque famille aussi de faire une vraie place à l'enfant qui sera accueilli. Si c'est le cas, ce partage peut être une formidable source d'éveil pour les deux bébés. « Il faut qu'il ait son lit, un minimum de jouets à lui, en revanche les doudous doivent faire la navette », estime Etty Buzyn, psychothérapeute et spécialiste de la petite enfance. Elle ajoute : « N'hésitez pas à prendre dans vos bras le petit de l'autre famille, car dans une garde partagée, il n'y a rien de pire que les familles qui n'ont d'yeux que pour leur progéniture et qui prennent le domicile de l'autre pour la troisième pièce qui leur manque ! »

Nounou partagée : que faire en cas de conflit ?

Dans la garde partagée, par définition, les risques de conflits sont multipliés par deux. Donc il faut savoir faire aussi des concessions et accepter que la nounou ait un comportement différent avec votre enfant et celui de l'autre famille. Si le vôtre vient de délaisser, non sans mal, sa sacrosainte tétine, n'obligez pas la nounou à retirer toutes les tétines en circulation pour lui éviter la rechute ! Après tout, l'enfant de l'autre famille n'est peut-être pas encore prêt à faire de même... « S'il y a des accords fondamentaux à trouver, il y a aussi des petits désaccords à accepter, sinon les enfants risquent de devenir les otages de frictions entre les familles... », dit encore Laurence Rameau. Enfin, en dehors de l'indispensable accord financier sur le salaire de la nounou, il faut aussi se mettre d'accord sur les horaires, surtout le soir. Le retard doit être exceptionnel sinon l'autre famille risque de sentir lésée. Nora, infirmière à Paris a vécu ce désagrément : «Deux fois par semaine, quand la garde s'effectuait chez moi, la maman de l'autre enfant venait une heure après le départ de la nounou. Moi je n'aspirais qu'à une chose, rester seule avec mon fils et je me retrouvais à gérer son fils qui pleurait beaucoup... » Elle a fini par rompre l'accord avec l'autre famille. Tous les pédopsychiatres l'affirment : quand la réconciliation est impossible, mieux vaut prendre les devants et annoncer la fin de la garde partagée en donnant au minimum deux mois à l'autre famille pour trouver une solution. Ce sera forcément mieux pour l'intérêt des enfants et de la nounou.

D'autres articles en lien avec la vie de famille :
Premières vacances sans nos jeunes enfants : mode d'emploi !
Enfants : à quel âge peut-on les laisser devant les écrans ?

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.