11 décembre 2014

On pourra bientôt suturer les plaies... avec de la colle !

Les points de suture classiques seront-ils bientôt remplacés par un gel spécial pour fermer une plaie ? Ou réparer les organes fragiles comme le foie ou le poumon ? Les études, très concluantes, sont achevées sur l'animal et devraient débuter fin 2014 sur l'homme. Elles ouvriront peut-être une nouvelle page de la chirurgie et de la médecine réparatrices.

Le physicien français Ludwick Leibler, chercheur au CNRS, au laboratoire « matière molle et chimie » a mis au point une colle révolutionnaire. Le principe : un gel composé de nanoparticules (silice et oxyde de fer) est appliqué sur la plaie à l'aide d'un petit pinceau. Les berges de la peau sont accolées par pression et le gel se met à agir. Les nanoparticules établissent en quelques secondes d'innombrables connexions entre les deux berges. La peau se referme. Le processus d'adhésion ne comporte aucune réaction chimique. Seules les nanoparticules de silice ou d'oxyde de fer interagissent entre elles. La cicatrice laissée est quasiment invisible et elle tient aussi bien que des points de suture !
Une découverte qui, si elle se confirme, devrait révolutionner la chirurgie réparatrice. Il reste quand même quelques étapes à franchir avant la commercialisation et la généralisation de ce système...

Le gel pour suturer les plaies utilisable aussi sur le foie ou le poumon

Les résultats des premières expériences réalisées sur des rats à l'INSERM ont été publiés en avril 2014. Les chercheurs ont comparé la fermeture d'une plaie profonde avec des points de suture classiques et avec l'application du fameux gel. Résultat : lors du rapprochement des bords d'une plaie de la peau, ils ont obtenu, grâce au gel, l'arrêt du saignement par simple compression. Alors que la saignement était beaucoup plus long avec les sujets ayant bénéficié de points de suture classiques.
Mieux : toujours sur des rats, les chercheurs ont appliqué cette solution à des organes « mous » comme le foie, le poumon ou la rate, difficiles à suturer car ils se déchirent lors du passage de l'aiguille.
Résultat probant cette fois encore : face à une entaille profonde du foie entrainant une forte hémorragie, les chercheurs ont étalé la fameuse « solution » puis pressé les deux bords de la blessure qui s'est refermée avec arrêt de l'hémorragie. Les rats ont survécu et le foie a fonctionné de nouveau normalement !
Dans un autre domaine, celui de la médecine régénératrice, ils ont réussi, grâce à ce même gel, à coller sur la paroi interne du coeur une membrane contenant des cellules souches pour réparer l'organe défaillant. Et là encore, la colle a permis au coeur de tenir ! C'est une autre application très importante de cette découverte car elle montre aux chercheurs qu'on pourra même, grâce à cette colle, fixer des dispositifs médicaux pour délivrer des médicaments à un endroit précis ou même réparer et renforcer des organes ! Une sorte de bricolage biologique en somme !

Bientôt les études chez l’homme

Les études chez l'homme vont débuter très prochainement : les chercheurs abordent cette nouvelle phase avec enthousiasme et optimisme ! Seul bémol : on a encore des doutes sur les effets secondaires de nanoparticules. Les chercheurs répondent que l'oxyde de fer utilisé, à la différence de la silice, a l'avantage d'être assimilé par nos globules blancs, les grands spécialistes du recyclage du fer dans notre organisme !

D'autres articles sur la recherche et le progrès...
Quand un robot articulé opère les patients !
Le pupillomètre, enfin un appareil pour mesurer la souffrance du patient !

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.