10 décembre 2015

Noël : les cadeaux d'occasion ne sont plus tabous !

Il y a encore quelques années, acheter pour Noel des cadeaux d’occasion était impensable, et même considéré comme ringard ! Aujourd’hui, la tendance s’est inversée : pour un Français sur deux, l’achat de cadeaux de Noel d’occasion est entré dans les mœurs. Pour des raisons financières mais pas seulement : de plus en plus de Français veulent donner « une seconde vie » aux objets dans un souci écologique et pour promouvoir le développement durable.

Selon une étude Opinion Way, réalisée en novembre 2015, pour un site de vente en ligne, 65 % des Français ressentent un « stress immense » à l’approche de Noël ! Les jeunes arrivent en tête, avec 78% des 25-34 ans !
En cause : le nombre de cadeaux à trouver et à acheter en un temps record (nombreux sont ceux qui le vivent comme une vraie corvée !) mais aussi les raisons strictement budgétaires. Pour beaucoup, fêter Noël coûte cher, trop cher… Voilà pourquoi, depuis quelques années, le cadeau d’occasion n’est plus un tabou !
« Quoi, tu l'as acheté neuf ? Tu t'es fait avoir, tu l'as payé trois fois le prix... » Voilà comment Marie, 28 ans, infirmière dans le Doubs, explique à sa collègue Annie qu'elle n'aurait jamais dû acheter un manteau neuf à son petit dernier qui vient à peine de fêter ses 2 ans ! « Il va le mettre pendant 3 mois et tu vas en faire quoi ? Le revendre d’occasion j’espère ! » se moque encore Marie !
Pour 48% des Français l’achat de cadeaux de Noël d’occasion est entré dans les mœurs. Si les voitures et les livres ont droit, depuis des dizaines d'années, à une deuxième, voire une troisième vie, c'est maintenant aussi le cas pour les vêtements de marque, le mobilier, les produits high-tech, et même - grande nouveauté ! - les jouets de Noel. Comme le révèle une étude d’un grand cabinet d’audit sur les intentions d'achat des consommateurs pour les fêtes de Noël, les Français sont les Européens qui auraient le moins de réticences à offrir des cadeaux de seconde main. Pour Pascale Hebel, directrice du département consommation du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie), ce boom du marché de la "seconde main" s'explique par trois raisons.

D'abord, le prix est évidemment un argument non négligeable, a fortiori en temps de crise. D'autant que l'engouement pour les bas prix est accéléré par des sites internet, qui multiplient les remises sur un choix de produits toujours plus important.

« L’envie de donner une seconde vie aux objets »

Autre motif moins attendu : l'idée du développement durable gagne du terrain. "Les particuliers sont de plus en plus portés par une remise en cause de la consommation, par l'envie de donner une seconde vie aux objets", explique Pascale Hebel. Certains évoquent même des raisons écologiques. Acheter d’occasion, c’est utiliser l’objet plus longtemps et éviter le gaspillage de la grande consommation. Dans le sondage Opinion Way, pour 53% des Français, ces cadeaux de seconde main permettent d’éviter le gaspillage et de recycler. Le développement durable est bien présent à l’esprit des Français. Une tendance très « COP 21 » !

« Les jeunes sont dans la remise en cause de l’achat frénétique »

Le Credoc estime enfin que la notion de partage est devenue prépondérante : aider les autres semble être une préoccupation importante dans l'esprit des consommateurs. L'évolution des mentalités est déjà en marche, et serait facilitée, selon Pascale Hebel, par le renouvellement des générations. "Les jeunes sont dans la remise en cause de l'achat frénétique. Au-delà de l'intérêt financier, l'idée que quelqu'un d'autre puisse profiter des objets qu'on n'utilise plus ou que l'on jette séduit. On n'est plus dans l'ère du jetable."

Les sites de ventes d’occasion ou de troc, spécialement créés pour accompagner cette tendance, ont accéléré le mouvement, et accompagné le changement d’image sur l’achat d’occasion : « Aujourd’hui, on n’est plus radin parce qu’on achète d’occasion mais débrouillard », explique encore Pascale Hébel… Débrouillard et soucieux du consommer autrement. Nombreux seront ceux qui se précipiteront au lendemain de Noël sur les sites internet et les boutiques de seconde main pour revendre leurs cadeaux inutiles. D’occasion bien sûr ! La gêne, comme la culpabilité, c’est bien fini !

D'autres articles sur le partage en période de crise!

Retrouvailles familiales : un remède pour garder le moral en temps de crise
Consommation : comment les Français ont changé leurs habitudes !

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.