04 mars 2016

13 régions au lien de 22 : qu’est ce que ça change vraiment ?

Au 1er janvier 2016, le nombre de régions en France est passé de 22 à 13. L’objectif est de mieux répartir les pouvoirs entre régions et départements, d’éviter les « doublons », et donc de faire des économies de l’ordre de 10 milliards d’euros d’ici quelques années selon les pouvoirs publics … Quelques semaines après la mise en place de la réforme, quels sont les changements concrets dans notre vie quotidienne ?

Pas facile de s’y retrouver entre les compétences des nouvelles régions et celles des départements ! La loi voulait supprimer les « doublons » mais on est loin du compte.
Depuis le 1er janvier 2016, les 13 nouvelles grandes régions doivent s’occuper essentiellement du développement économique. Les régions s'en occupaient déjà depuis 2004, mais elles ont obtenu un pouvoir renforcé avec l'attribution du monopole de la distribution des aides directes aux entreprises. Elles gèrent aussi la formation professionnelle avec notamment l'apprentissage et l'alternance, elles s’occupent des lycées mais pas des collèges qui restent gérés par les départements. En revanche, les régions s’occupent désormais seules des transports, y compris scolaires, les départements n’ont plus cette compétence.
De leur côté, ces derniers continuent à s’occuper de l'action sociale. Les départements sont chargés de la lutte contre l'exclusion et la pauvreté, l'aide aux personnes âgées, à l'enfance et aux personnes handicapées. Ils reversent notamment le RSA et l'APA (allocation personnalisée d'autonomie).
Mais certaines compétences restent divisées entre les régions et les départements, notamment la culture, le sport, le tourisme, les langues régionales…

Les électeurs vont voter sur internet pour choisir les noms des nouvelles régions !

En fait, pour nous, depuis le 1er janvier 2016, le changement le plus spectaculaire, c’est le « mariage » entre des régions qui, auparavant, étaient totalement autonomes. Le Limousin s’est par exemple fondu dans une grande région Poitou-Charentes-Limousin-Aquitaine. L’Auvergne est désormais « mariée » à Rhône Alpes. Mais la Bretagne comme la région Provence Alpes Côte d’Azur ont gardé les mêmes délimitations qu’auparavant… Elles ont donc conservé le même nom ! En revanche, pour les régions qui ont été regroupées, il faut désormais trouver de nouveaux noms pour les grands ensembles qui ont été créés… Si vous étiez habitant de Midi Pyrénées, c’est fini, ou du Languedoc Roussillon, c’est fini aussi. Les deux anciennes régions ont été fusionnées mais le nom de la nouvelle « super région » n’a toujours pas été trouvé ! En Midi Pyrénées/ Languedoc Roussillon, les habitants devront voter dans les mois qui viennent par internet et choisir entre plusieurs noms proposés. Certains penchent pour un mélange entre les noms des deux anciennes régions : « Languedoc-Pyrénées » par exemple. La proposition « Sud de France » a été écartée car ses initiales sont... SDF ! « L'Occitanie » fâcherait les Catalans qui se sentiraient exclus. Un vrai casse-tête !
Dans la nouvelle région Nord/Pas de Calais/Picardie, on votera aussi. Dans le Sud-Ouest, c’est l’appellation « Grande Aquitaine » qui pourrait émerger, mais c’est l’assemblée régionale qui tranchera.
En revanche, le choix des capitales de ces nouvelles régions a été fait : il a donné lieu aussi à de rudes batailles ! Le Languedoc-Roussillon a peu apprécié que Toulouse soit désignée comme capitale de la grande région Midi Pyrénées/ Languedoc Roussillon au détriment de Montpellier ! En Normandie, Rouen a été désignée capitale régionale alors qu’elle est moins peuplée que Le Havre… C’est Orléans qui été choisie comme capitale de la nouvelle région « Centre » alors que la ville est plus petite que Tours…

Voici la liste des 13 nouvelles régions, même si leurs noms ne sont pas définitifs, et leurs capitales, qui, elles, ne changeront plus :


Les 6 régions qui n’ont pas changées
Les 7 nouvelles régions


  • Bretagne (Rennes)
  • Pays-de-la Loire (Nantes)
  • Centre-Val de Loire (Orléans)
  • Corse (Ajaccio)
  • Provence – Alpes – Côte d’Azur (Marseille)
  • Ile-de-France (Paris)



  • Normandie (Rouen)
  • Nord-Pas-de-Calais-Picardie (Lille)
  • Poitou-Charentes - Limousin – Aquitaine (Bordeaux)
  • Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon (Toulouse)
  • Auvergne – Rhône – Alpes (Lyon)
  • Bourgogne-Franche-Comté (Dijon)
  • Alsace -Champagne-Ardenne-Lorraine (Strasbourg)


Les capitales régionales sont entre parenthèses.

Attention au redécoupage des zones scolaires !

Dernier changement très visible : cette réforme a aussi conduit à un nouveau redécoupage du calendrier scolaire. Les 30 académies déjà existantes ont été regroupées en 17 « super académies » plus vastes. Les trois zones de vacances, A, B et C, ont été redécoupées pour que toutes les académies d'une même région aient les mêmes dates de congés. Voilà pourquoi Montpellier et Toulouse se retrouvent désormais ensemble dans la zone C alors que Bordeaux en est sortie pour rejoindre la zone A avec Poitiers et Limoges ! Certains agendas vendus à vos enfants en début d’année scolaire ne mentionnent pas forcément les bonnes dates de vacances ni le bon découpage. N’hésitez pas à vous renseigner ! Et pour vous y aider, voici un petit mémo sur les nouvelles zones scolaires A, B et C :

La zone A comprend désormais les académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers.

La zone B regroupe les académies d'Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen et Strasbourg.

La zone C regroupe Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse et Versailles.

Retrouvez également dans nos rubriques :
Vacances à l’étranger : avez vous fait toutes les démarches avant de partir ?
Déclaration d’impôt sur le revenu : conseils pratiques et nouveautés





0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.