22 septembre 2016

Electricité : pourquoi 28 millions de Français vont payer presque 30 euros de plus cette année !


Les 28 millions de foyers abonnés aux tarifs «bleus résidentiels» d’EDF dépensent déjà entre 800 et 900 euros par an en électricité. Pourtant, c’est officiel depuis l’été, leur facture va augmenter de 27 euros exactement, sur 18 mois ! Ce n’est malheureusement qu’un début… Voici quelques explications pour comprendre pourquoi votre facture va subitement s’alourdir…

Les 28 millions de Français concernés par la hausse sont tous des clients EDF abonnés aux tarifs régulés de l'électricité, ceux qui sont fixés par les pouvoirs publics. Pour tous, il va falloir remettre « la main à la poche » ! Alors comment en est-on arrivé là ?

Chaque année, comme c’est prévu par la loi, EDF déclare ses coûts de production et demande une hausse de ses tarifs à l’Etat pour couvrir ses dépenses. L’Etat peut ensuite rejeter ou diminuer cette demande « pour défendre les consommateurs ». C’est ce qui s’est passé en 2014. EDF a estimé sa hausse des tarifs pour couvrir ses coûts de production à + 5%. Pour ne pas « froisser » les consommateurs, les pouvoirs publics ont décidé de limiter les augmentations de tarifs demandées par EDF à + 2,5 %.

Seul problème, la loi est catégorique : elle prévoit que les tarifs régulés de l'électricité doivent impérativement couvrir les coûts de production d’EDF. Or la hausse limitée à 2,5% ne couvre pas les coûts de production de + 5 % annoncés par EDF ! C’est mathématique : +2,5% au lieu de +5 %, le compte n’y est pas ! Imparable juridiquement.

1,50 euro supplémentaire par mois pendant 18 mois !


Les concurrents d’EDF (Direct Energie, Eni, Lampiris…) regroupés au sein d’une association baptisée Anode, se sont engouffrés dans la brèche : ils ont porté plainte auprès du Conseil d’Etat, estimant que l’augmentation des tarifs d’EDF était trop faible et non conforme à la loi… Le Conseil d’Etat a donné raison à l’Anode et a jugé l’augmentation insuffisante. Il a donc annulé, en juin 2016, les limitations de tarifs décidées par le gouvernement en 2014. Les pouvoirs publics ont dû se plier à cette décision, et renoncer à limiter l’augmentation des tarifs. La hausse de 5 % initialement réclamée par EDF doit donc etre appliquée. Les clients sont donc désormais informés qu’ils paieront 1,50 euro supplémentaire par mois pendant 18 mois, soit exactement 27 euros d’augmentation !

Ce n’est hélas pas la première fois ni la dernière peut être ! Depuis 2012, il y a eu ainsi pas moins de 14 recours déposés devant le Conseil d'Etat. Deux d'entre eux concernaient l'électricité. Les douze autres visaient le gaz.     Mais nous n'en n'avons pas fini avec les factures rétroactives. L'Anode a déjà déposé un nouveau recours, toujours devant le Conseil d'Etat, mais cette fois contre l'augmentation des tarifs de 2,5 % intervenue le 1 er août 2015 ! Un nouveau rattrapage de plusieurs dizaines d'euros par ménage sera donc inévitable… en 2017 et 2018 ! Et il s'additionnera à celui annoncé en juin dernier !

Les Français qui ne sont pas concernés sont les 12% de clients qui ont opté pour d’autres fournisseurs d’électricité qu’EDF. Ils sont 3,8 millions en France. Rappelons que la fourniture d'électricité aux particuliers n'est plus un monopole d'EDF depuis juillet 2007. Le « principe de réversibilité » autorise d’ailleurs depuis 2011 à revenir aux tarifs régulés d’EDF à n'importe quel moment. Cette souplesse permet désormais de donner un vrai choix au consommateur.

D'autres articles qui pourront vous intéresser...
Lutte contre le tabagisme : le paquet de cigarettes neutre fait son apparition en France! 
Immobilier : les primo-accédants sont de retour !  
 Conférence Climat de Paris : le mode d’emploi pour bien comprendre !




 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.