27 octobre 2016

En 2016, 8 Français sur 10 sont satisfaits de leur hôpital


Un sondage qui devrait donner du baume au cœur des personnels hospitaliers ! On croyait que les Français étaient de éternels râleurs et pourtant, ils disent être particulièrement « fiers » de leurs hôpitaux : 85 % d’entre eux ont une bonne image de leur prise en charge à l’hôpital ! En majorité, ils s’arrangent pour ne pas habiter trop loin des établissements de santé, car la proximité les rassure !

Les Français sont fiers de leurs hôpitaux, mieux, ils plébiscitent les établissements de santé et de soins en France ! Selon un sondage Odoxa (pour Orange et MNH) publié le 27 juin 2016, 79 % de la population a une bonne image des hôpitaux français contre 70 % pour l'ensemble des Européens. Concernant la qualité des soins prodiguée, la satisfaction des sondés est encore plus grande : 85 % des Français en ont une bonne image, un score élevé, bien au-dessus de la moyenne européenne (70 %).
D'une manière générale, 8 patients sur 10 se déclarent satisfaits de leur expérience d'hospitalisation. « C’est une vraie surprise ! », s’exclame Elodie, infirmière dans le Languedoc. Elle précise : «Souvent, on a le sentiment de ne pas passer assez de temps avec les patients, on est débordés, et on se dit que le patient ne va pas être totalement satisfait de la prise en charge.. » « Ils font vraiment le maximum et c’est ce qui compte avant tout ! », répond Sylvie, patiente régulière d’un service d’urologie dans un hôpital francilien.
La proximité avec l’hôpital contribue aussi à la satisfaction des patients.
57 % des Français disent habiter à moins de vingt minutes d'un établissement hospitalier, et 80 % à moins de 30 minutes. Cette durée est d'ailleurs le seuil acceptable pour une écrasante majorité de Français.
« J’habite à 25 minutes de l’hôpital et franchement, si je déménage, je veillerai à garder la même distance entre mon domicile et l’établissement hospitalier le plus proche, c’est vraiment rassurant… » confirme André, plombier à la retraite dans le Pas de Calais.

Pour le choix de l’hôpital, le conseil du médecin généraliste est déterminant.

Selon ce même sondage, on peut néanmoins accepter un trajet un peu plus long pour avoir accès à de plus grands hôpitaux possédant plus de moyens. 53 % des Français acceptent volontiers de faire de la route, parfois jusqu’à une heure de trajet, pour rejoindre un gros hôpital pouvant traiter pratiquement tous les problèmes de santé, alors que 46 % opteront toujours pour les centres plus petits mais plus proches.
Si leur médecin généraliste le leur conseille, plus de 60 % des patients sont prêts à rallonger leur trajet jusqu’à un hôpital plus éloigné.

Les Français n’ont-ils aucune revendication à formuler ? Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes avec leur hôpital le plus proche ? Selon l’enquête Odoxa, ils souhaitent malgré tout quelques évolutions : 54 % des patients aimeraient qu'une place plus grande soit donnée aux associations de malades au sein des établissements de santé.
Autre évolution nécessaire pour 81 % des Français : le développement des nouvelles technologies et de l'usage du téléphone mobile entre le personnel soignant et les patients ! Ce qui n’exclut pas le rendez-vous physique en  face à face ou le dossier papier. Mais une majorité de Français y voient une occasion de progrès en termes de rapidité, de simplicité pour les patients et d'efficacité globale des soins.

Ces bons résultats d’image sont confirmés par un sondage Odoxa réalisé plus récemment, en septembre 2016 pour la FHF (Fédération Hospitalière de France) : il révèle que la quasi-totalité de la population (95%) et des patients (96%) ont été satisfaits de la prise en charge des hôpitaux publics et des personnels de santé lors des attentats survenus ces derniers mois.

Retrouvez également dans votre blog, d'autres articles en rapport avec la vie professionnelle à l'hôpital :
Trisomie : bientôt le test sanguin pour remplacer l’amniocentèse ?  
Des cellules souches dans le cerveau pour lutter contre les séquelles d’un AVC !  
Télémédecine et centres de santé : la bonne parade pour lutter contre les déserts médicaux ?  



0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.