Vie à l'hôpital

Faut-il rendre la vaccination contre la grippe obligatoire chez les personnels soignants ?

23 février 2017

En 2017, le vaccin anti-grippe est seulement recommandé aux médecins, infirmiers et aides-soignants. Mais comme les taux de vaccination sont très bas (22 % dans les maisons de retraite), les pouvoirs publics envisagent de le rendre obligatoire. La mesure fait débat. « L’objectif est de créer une bulle de protection autour des patients », disent ses partisans. « Il y a trop de zones d’ombre autour des vaccins » expliquent ceux qui s’y opposent.
vaccination grippe obligatoire personnel soignant ?

Face à l’épidémie de grippe qui a touché en janvier bon nombre patients, notamment dans les maisons de retraites, les pouvoirs publics s’interrogent : faut-il obliger médecins, infirmiers et aides-soignants à se vacciner chaque hiver contre la grippe ?

La question n’est pas tranchée. Benoît Vallet, le directeur général de la santé, a prudemment expliqué, le 11 janvier 2017, songer à cette idée : «Il est nécessaire d'y réfléchir avec les professionnels de santé en 2017…»

Aujourd’hui, le vaccin anti-grippe est seulement recommandé.

Contrairement au vaccin DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite), à celui contre l'hépatite B et contre la tuberculose (le BCG), la vaccination contre la grippe saisonnière n'est pas obligatoire pour les personnels de santé. Le vaccin anti-grippe est simplement "recommandé".

Les personnels soignants sont-ils nombreux à suivre cette recommandation ?

En France, entre 25 % et 30 % des soignants, se vaccinent chaque année, selon la Direction Générale de la Santé. Dans les maisons de retraite, ils ne sont que 22 % à être vaccinés. Pour les pouvoirs publics, ces taux sont trop faibles. Voilà pourquoi, avec  certains spécialistes, ils envisagent de rendre la vaccination obligatoire.

Philippe Sansonetti, professeur à l'Institut Pasteur et au Collège de France acquiesce : « Il faut créer une bulle de protection autour des personnes âgées, qui sont fragiles et ont un système immunitaire qui devient déficient. Cela veut dire que la vaccination des personnels dans les maisons de retraite est indispensable, comme celle des familles qui leur rendent visite…»

A l’inverse, Jacques Bessin, le président de l'Union nationale des associations citoyennes de santé (Unacs) invoque le « droit médical de chacun » et il ajoute : « Le personnel médical dispose de son corps. Certaines personnes ont des contre-indications et il y a trop de zones d'ombre autour des vaccins » La défiance envers le vaccin est encore forte en France, y compris chez les professionnels de santé. Elle expliquerait cette forte réticence.

Comment mettre tout le monde d’accord ?

En octobre 2016, le Haut conseil de la santé publique (HCSP), une instance consultative sollicitée par le ministère, a considéré que la vaccination contre la grippe devait rester « fortement recommandée » chez les soignants, notamment du fait de « son efficacité modérée, ne dépassant pas 70 % et pouvant tomber à 20 % lorsque les souches virales contenues dans le vaccin diffèrent des souches circulantes ». Le HCSP souhaitait toutefois que le vaccin puisse « éventuellement être rendu obligatoire en cas de pandémie ».