Argent et Impôt

Hausses des prix : ce qui nous attend en 2015

29 janvier 2015

Chacun de nous a déjà pu le constater : depuis le 1er janvier 2015, les hausses de prix se sont multipliées. Et les plus fortes augmentations tarifaires sont celles décidées par les entreprises publiques : SNCF, La Poste, le gaz et de nouveau l’électricité courant 2015. Des augmentations d’autant plus surprenantes que l’inflation est proche de zéro en France : elle atteint 0,3 % sur un an et ne devrait pas dépasser 0,9 % en 2015. En revanche, dans le secteur privé, de l’alimentaire à l’immobilier, et même pour certains médicaments vendus en pharmacie, la tendance est à la baisse. Pour 2015, les pouvoirs publics ont aussi prévu quelques hausses de revenus pour les plus modestes. Voici les principales mesures en vigueur depuis le 1er janvier et celles à venir…
hausse des prix 2015

Les plus fortes hausses de prix en 2015

Timbres : + 15 %

C’est la hausse la plus spectaculaire du mois de janvier. Affranchir une lettre simple au tarif rapide coûte désormais 0,76 euro, soit une hausse de 15 %. Le timbre vert (tarif lent) passe à 0,68 euro (+ 11,5 %). Avec cette augmentation inédite, la Poste espère compenser la chute des volumes de courrier.

Billets SNCF : + 2,6 %

La hausse des billets de train est en vigueur depuis le 26 décembre 2014, pour les TGV, TER et Intercités. Pour les habitants d’Ile de France, l’abonnement Navigo est passé à 70 euros mensuels (+4,3%) pour les zones 1 et 2. Ce tarif sera applicable à toute la région Ile de France au 1er septembre 2015. Le carnet de 10 tickets de métro plein tarif, souvent acheté par les provinciaux qui visitent la capitale, est passé de 13,70 euros à 14,10 euros.

Redevance audiovisuelle : + 2,25 %

En 2015, la redevance audiovisuelle augmente de 3 euros, elle passe à 136 euros, soit une hausse de 2,25 %.

Assurance multirisques habitation : + 2 à 4%

Pour la 5ème année consécutive, la progression des tarifs d’assurances se poursuit. La hausse des assurances habitation s’explique par les vols et les dégâts des eaux plus fréquents. Avec la crise, le nombre de larcins augmente et les logements sont moins bien entretenus. Pour l’automobile, la hausse devrait atteindre 2,6 % en moyenne et pour les complémentaires santé : + 2 à 3 %.

Gaz : + 1,8 %

Le tarif réglementé du gaz naturel augmente de 1,8 % alors qu’il a légèrement diminué en 2014. En principe, le prix du gaz aurait dû baisser encore cette année de 0,6 % compte-tenu de la chute des cours du pétrole. Mais les pouvoirs publics ont fait le choix d’appliquer une hausse dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.

Gazole : + 4,78 centimes par litre

Avec la baisse des prix du pétrole, les prix à la pompe ont reculé de façon spectaculaire. Mais cette baisse a été en partie masquée pour le gazole à cause de la hausse de la fiscalité de 4,7 centimes par litre au 1er janvier 2015.

Quand même quelques baisses des prix en 2015

Crise oblige, dans les magasins, certains prix sont à la baisse.

Deux exemples : - 5 % en moyenne sur un an pour les shampoings et -3 % pour les lessives. Fin 2014, le recul des prix alimentaires atteignait -1,5 %. Comment expliquer cette différence entre les tarifs publics et le secteur privé ? «Malgré la croissance molle, le secteur public continue à augmenter ses tarifs, alors que dans le reste de l’économie, les entreprises ne peuvent pas se le permettre, sous peine de perdre des marchés… » explique l’économiste Philippe Waechter.
Autre baisse spectaculaire qui nous concerne tous : en pharmacie, le Do…, paracétamol couramment utilisé, est désormais vendu 1,12 euro depuis le 2 janvier au lieu de 1,95 euro précédemment. Il baissera encore, et passera à 1,08 euro le 1er novembre 2015, soit une baisse de 42 % sur un an. Cette baisse, exigée par les pouvoirs publics, permettra à la Sécurité Sociale de faire des économies : les remboursements de Doliprane ont coûté 315 millions d’euros à la Sécurité sociale en 2013.

Légères hausses de revenus en 2015

Dans la fonction publique, pour la catégorie C (Etat, hôpitaux et collectivités locales), les pouvoirs publics ont décidé d’une augmentation de 5 points d’indice soit 277,81 euros bruts par an.
En 2015, le Smic passe à 9,61 euros brut de l’heure (+0,8%) soit un salaire brut mensuel de 1457,52 euros pour 35 heures. Le RSA augmente de 0,9 % : 513,88 euros pour une personne seule sans enfant, 770,82 euros pour une personne seule avec enfant et 1079,14 euros pour un couple avec deux enfants. Les plafonds d’attribution des prestations familiales (allocation de rentrée scolaire, prestation jeune enfant…) sont revalorisés de 0,7%.