Argent et Impôt

Moins d’impôts en aidant un proche

16 décembre 2013

Soutenir financièrement votre enfant étudiant ou un parent qui rencontre des difficultés financières, permet d'obtenir des déductions fiscales. Combien peut-on économiser concrètement ? Quelles sont les conditions ? Explications. 
moins-d-impots-en-aidant-un-proche

« Au printemps dernier, quand j'ai reçu ma déclaration d'impôts pré-remplie, j'ai failli la signer les yeux fermés mais heureusement une amie m'a alerté sur les déductions fiscales dont je pouvais bénéficier », se souvient Clémence, aide-soignante près de Rennes, mariée et mère de 4 enfants. En effet, quand on soutient financièrement un proche, le fisc est clément et permet certaines déductions. 

D'abord, c'est la situation la plus courante, si votre foyer fiscal compte des enfants scolarisés, vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt de 61 euros pour un collégien, 163 euros pour un lycéen et 183 euros pour un étudiant. Ce qui est une réduction substantielle pour les petits salaires. Si ces montants ne figurent pas sur votre déclaration, cochez le nombre d'enfants à charge et précisez bien leur établissement scolaire. « Quand mon dernier fils est passé du collège au lycée, j'ai oublié de le signaler, ça fait quand même 100 euros de différence ! » s'exclame Clémence. A noter aussi que si votre enfant étudiant vit chez vous et qu'il remplit sa propre déclaration d'impôts, vous pouvez aussi déduire de vos revenus, sur votre déclaration, la somme forfaitaire de 3359 euros pour couvrir ses frais.

Déduire la pension alimentaire versée aux enfants majeurs

Si, comme Clémence et son mari, vous aidez aussi financièrement vos enfants, âgé de 18 à 25 ans, vous pouvez déduire de votre déclaration de revenus la pension alimentaire que vous leur versez, dans la limite de 5698 euros par an et par enfant. Seule condition : qu'ils ne soient pas rattachés à votre foyer fiscal. Vous pourrez ainsi économiser jusqu'à 2564 euros d'impôts.

Vous bénéficierez de la même réduction d'impôts si vous continuez à aider votre enfant après ses 25 ans et s'il ne peut pas subvenir seul à ses besoins. Si votre enfant est marié ou pacsé, si le couple n'arrive pas à s'en sortir seul, et si vous lui versez une somme mensuelle, vous pourrez déduire jusqu'à 11396 euros de vos revenus, si vous êtes le seul parent à lui verser de l'argent !

Déduire la pension alimentaire versée à un proche dans le besoin

Serge, infirmier bientôt à la retraite près de Nancy, assume financièrement les besoins de son père, âgé de 87 ans, qui perçoit tout juste le minimum vieillesse. Insuffisant pour couvrir ses frais de nourriture, logement et santé. « Je verse à mon père une pension alimentaire que je déduis de mes impôts, il n'y a pas de plafond ». Pas de limite en effet, Serge a raison, mais pour le fisc, la somme versée doit être proportionnelle à ses revenus et aux besoins de son père.

« Compte-tenu de son âge, j'envisage très sérieusement de l'héberger très bientôt chez moi », précise Serge. Dans ce cas précis, il pourra déduire la somme forfaitaire de 3359 euros de ses revenus si les revenus de son père ne dépassent pas 8907,34 euros par an (14 181,30 euros pour un couple). Toutes ces déductions sur les revenus sont valables aussi quand on prend en charge les grands-parents.