Famille

Retrouvailles familiales : un remède pour garder le moral en temps de crise

30 décembre 2013

Dans un sondage récent, les repas en famille et les balades en forêt arrivent en tête du palmarès des activités qui rassurent les Français en période d'incertitude... Alors que le shopping arrive en dernière position ! 
retrouvailles-familiales-un-remede-pour-garder-le-moral-en-temps-de-crise

Selon un sondage Harris Interactive commandé par la Fondation Nestlé en octobre 2013, 87 % des Français estiment « qu'en temps de crise, il faut s'accorder des plaisirs afin de garder le moral ! » Alors que plus de 8 Français sur 10 se disent inquiets face au chômage, seulement 27 % d'entre eux veulent bien se serrer la ceinture. « Ce besoin de se faire plaisir est accentué par le manque et la frustration nés de la crise », explique Jean-Didier Vincent, neuropsychiatre.

Mais personne n'a la folie des grandeurs : parmi ces plaisirs que l'on décide de s'accorder, pas de voyages, pas de tentations démesurées mais un retour aux sources : selon le même sondage, pour 92 % des Français, passer du temps avec sa famille apporte du réconfort. Dans les situations exceptionnelles, on revient... à la maison, chez papa et maman ! « La famille, c'est la sécurité, c'est mon refuge en fait », souligne Marie, aide soignante dans les Deux Sèvres. « La famille n'est plus tant vécue comme une oppression mais comme une communauté qui permet de partager des moments ensemble », explique Jean-Daniel Lévy, de l'institut Harris Interactive.

« 12 à table devant un bon plat de spaghettis carbonara... »

Plus précisément, pour 87 % des sondés, un bon repas avec des proches est perçu comme une source de plaisir. Quand les difficultés financières se font sentir, les moments de convivialité s'imposent comme des activités qui rassemblent et qui ne coûtent pas cher. « Le dimanche, on est parfois 12 ou 13 en famille, je fais un bon plat de spaghettis carbonara, on finit par une corbeille de fruits et tout le monde est content », raconte Simone, la mère de Marie. Mais ce qui compte avant tout, pour 90 % des sondés, c'est la discussion qui est associée au repas, plus que le repas lui-même. « On s'intéresse aux dernières naissances dans la famille, on se rappelle nos dernières vacances avec les parents quand on était petits, on dit du mal de notre ancienne institutrice et parfois même on parle politique ! » s'amuse Nicolas, ambulancier à Brest, qui aime aussi se retrouver chez ses parents retraités avec ses 5 frères et sœurs !

Marcher en forêt pour oublier les tracas du quotidien

Autre activité plébiscitée : les balades à la campagne. 85 % voient dans la marche en forêt une « source de bien-être ». « C'est la suite logique après un bon repas en famille », témoigne Henriette, infirmière à la retraite en Sologne. Là encore, l'activité ne coûte rien : « La marche devient une vraie pratique et cela renvoie à ce besoin de prendre du temps et de s'éloigner de tout ce qui est artificiel comme le travail et les questions financières », souligne encore le sondeur Jean-Daniel Levy. Marcher pour oublier en quelque sorte, mais marcher loin de la société de consommation et de tout ce qui pourrait rappeler que le monde est en crise. Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, le shopping arrive en dernière place des sources de réconfort dans ce même sondage.

Face à la crise et à la baisse du pouvoir d'achat, les Français coupent d'ailleurs dans leurs dépenses. Selon l'INSEE, en 2013, ils sont allés moins souvent chez le coiffeur ou chez le teinturier (- 2 %), ils sont allés moins fréquemment aux spectacles ou dans des parcs de loisirs (-2,7 %) et se sont aussi rendus moins souvent au restaurant (-1,2 %).