Vie à l'hôpital

Sourds et malentendants : le CHU de Limoges améliore l’accueil des patients déficients

30 novembre 2017

En septembre 2017, le CHU de Limoges s’est équipé de dix tablettes tactiles, qui permettent aux patients sourds et malentendants de communiquer plus facilement avec l’administration et le personnel soignant. Grâce à ces tablettes, ils se connectent directement à un traducteur de la langue des signes dans un centre spécialisé. A l’hôpital, le patient en situation de handicap gagne ainsi en autonomie. La traduction et donc le lien avec le personnel hospitalier se fait directement, sans intermédiaire familial. Une manière de briser la barrière de la langue.
accueil-sourds-malentendants-CHU-limoges

 Pour les patients sourds ou malentendants, c’est une vraie révolution et certainement un soulagement. Depuis le 15 septembre 2017, le CHU de Limoges leur propose une tablette pour faciliter les échanges au sein de l’établissement. Dix tablettes, avec écrans tactiles, sont mises gratuitement à leur disposition. Un simple « click » permet de se connecter à un traducteur de la langue des signes, basé dans un centre d’appels spécialisé. Ce traducteur (en chair et en os !) va assurer l’interface entre le patient et l’administration ou le personnel soignant.

Favoriser la communication grâce à l’accès facile à un traducteur en langue des signes

Grâce à ces tablettes, la vie de ces patients déficients change à tous les niveaux dans l’hôpital. A l’accueil pour les démarches administratives, puis lors des consultations, des hospitalisations, ou même quand ils arrivent aux urgences, ces patients sourds ou malentendants, peuvent désormais se faire comprendre immédiatement sans avoir besoin d’être accompagnés pour se faire comprendre. « Ce dispositif permet de briser la barrière de la langue » explique Claude Dubois-Soulas, directrice des relations avec les usagers au CHU de Limoges. Pour l’hôpital, c’est un gain de temps considérable dans la prise en charge des patients. Et si certaines personnes sourdes ou malentendantes hésitaient à se rendre seules aux urgences par crainte d’être incomprises, ce dispositif devrait lever cette angoisse.

Développer l’autonomie à l’hôpital des patients sourds et malentendants

Les patients eux-mêmes plébiscitent cette initiative. Juliette est sourde et elle vient de découvrir ce nouveau système. Grâce à la tablette qu’elle a entre les mains, elle raconte : « Jusqu’à maintenant j’étais toujours obligée de venir à l’hôpital, accompagnée par quelqu’un de ma famille, qui servait de traducteur en langue des signes. Et j’hésitais parfois à poser des questions qui touchent à mon intimité. C’était trop personnel. Là, je peux venir seule et poser toutes les questions que je veux. Je retrouve la nécessaire relation personnelle entre mon médecin et moi… »

Et elle ajoute : « Avant, sans la tablette, le médecin s’adressait davantage à mon traducteur qu’à moi, c’était assez désagréable, maintenant c’est à moi qu’il parle ! »

Déjà, en 2015, le CHU de Limoges avait été le premier établissement à signer la charte Romain-Jacob « Unis pour l’accès à la santé  des  personnes  en   situation de  handicap », pour  l’amélioration de l’accessibilité aux soins pour ces patients.

Cette signature avait été suivie de la mise en place d’un accompagnement et d’installations concrètes : formation du personnel soignant, sécurisation, signalétique et aménagement des chambres.

En 2017, les tablettes pour les sourds et malentendants sont une étape supplémentaire vers l’amélioration de la prise en charge de ces patients déficients. Peu d’établissements hospitaliers ont, toutefois, pour l’heure développé ce système.