Comprendre la retraite de base

Agents hospitaliers « sédentaires » ou contractuels  : combien de trimestres faudra-t-il valider pour partir à la retraite à taux plein ?

12 décembre 2019
Aujourd’hui, quand on atteint l’âge d’ouverture des droits à la retraite, il faut, pour partir à taux plein (pension maximale), avoir validé un certain nombre de trimestres pendant sa carrière. Si vous êtes un agent hospitalier de catégorie « sédentaire » ou un agent contractuel depuis les dernières réformes des retraites, ce nombre de trimestres requis évolue selon votre année de naissance. Si vous êtes né en 1961, vous devrez avoir validé 168 trimestres (42 annuités) pour partir à la retraite à taux plein à 62 ans. Mais si vous êtes né en 1972, vous devrez avoir validé 171 trimestres, 3 de plus, pour partir à la retraite à taux plein.
Un dispositif qui devrait changer avec la réforme des retraites, prévue pour 2020. Un système universel par points devrait remplacer le système actuel et supprimer les « trimestres requis ». Mais les pouvoirs publics ont émis l’idée que la réforme future ne s’applique qu’aux générations qui ne partiront à la retraite que dans 10 ou 15 ans. Le Premier ministre s’est dit prêt à « décaler la première génération concernée ». Donc si vous avez aujourd’hui entre 47 et 62 ans, le dispositif actuel des trimestres à valider devrait encore s’appliquer à vous.
hospitaliers-sedentaires-ou-contractuels-nombre-trimestre-retraite

La retraite à taux plein pour les agents hospitaliers « sédentaires » ou contractuels ...

Pour partir à la retraite à taux plein (75 % du salaire brut calculé sur les 6 derniers mois d’activité pour les fonctionnaires sédentaires ou 50% maximum de la moyenne des salaires des 25 meilleures années de la carrière ), il faut impérativement avoir validé un nombre minimum de trimestres tout au long de sa carrière.

Pour les fonctionnaires de catégorie « sédentaire » (les aides-soignantes notamment) ou pour les agents contractuels, la réforme des retraites de 2010 a mis en place un système qui prévoit d’augmenter progressivement le nombre de trimestres requis en fonction de l’année de naissance.
En clair, le nombre d’annuités à valider est en train de passer progressivement de 41 à 43 ans. La transition mise en place en 2010 prévoit le rallongement de la durée de cotisation d’un trimestre supplémentaire tous les 3 ans.

 

Année de naissance de l’agent hospitalier « sédentaire » ou contractuel

Nombre minimum de trimestres à valider pour partir à taux plein

1957

166 trimestres
(41 ans et demi)

1958 à 1960

167 trimestres
(41 ans et 3 trimestres)

1961 à 1963

168 trimestres
(42 ans)

1964 à 1966

169 trimestres
(42 ans et un trimestre)

1967 à 1969

170 trimestres
(42 ans et demi)

1970 à 1972

171 trimestres
(42 ans et 3 trimestres)

A partir de 1973

172 trimestres
(43 ans)

 

Prenons un exemple : si vous êtes né en 1966, vous devrez valider 169 trimestres pour partir à la retraite à taux plein.

Mais ce système serait certainement remis en cause par la réforme des retraites prévue pour 2020. Les droits à la retraite ne devraient plus être comptés en trimestres mais en points, avec la mise en place d’un système de calcul universel, le même pour tous, dans le public comme dans le privé. Donc, à terme, dans le nouveau dispositif, le système de trimestres à valider ne devrait plus s’appliquer.

Mais un grand nombre de ceux qui sont proches de la retraite devrait conserver l’ancien système.

Jusqu’à maintenant, les pouvoirs publics souhaitaient appliquer la réforme pour ceux qui partiront à la retraite en 2025 et après. Mais comme le changement risque d’être un peu brutal pour eux, les pouvoirs publics ont évoqué, fin novembre 2019, l’idée de n’appliquer la nouvelle réforme qu’à ceux qui partiront à la retraite dans 10 ou 15 ans. Ce qui veut dire que l’ancien système continuerait à s’appliquer pour un grand nombre de Français, ceux qui ont actuellement entre 47 et 62 ans.