Métiers et Carrières

Animateur hospitalier : il œuvre à l’épanouissement et à l’autonomie des patients

8 avril 2019

Qu’ils interviennent à l’hôpital, en EHPAD ou dans d’autres établissements publics de santé, les animateurs hospitaliers jouent un rôle essentiel dans la socialisation et l’accompagnement des patients et des usagers. C’est un emploi qui se développe particulièrement en gérontologie, car l’espérance de vie augmente et les patients vivent de plus en plus  longtemps. L’animateur hospitalier donne du sens à la vie des personnes dépendantes. C’est un emploi de catégorie B de la filière socio-éducative, qui comprend 3 grades. En début de carrière, il est rémunéré entre 1600 et 1800 euros (selon le grade) et il termine sa carrière entre 2300 et 2700 euros. Pour lui, comme pour tous les agents hospitaliers, la baisse de revenus au moment du départ à la retraite sera de l’ordre de 25 % à 30 %. Voilà pourquoi il est si important pour les hospitaliers de se constituer dès aujourd’hui un complément de revenu pour demain. C’est ce que propose la Complémentaire Retraite des Hospitaliers, dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice.
Animateur hospitalier grille indiciaire

 

Ateliers d’écriture, de poésie, de chansons, expression corporelle, ateliers multimédias, activités artistiques et culturelles… L’animateur hospitalier a pour mission de développer, d’organiser et de conduire des projets visant à l’épanouissement, la socialisation et l’autonomie des personnes.Il développe des activités qui facilitent la communication, l’adaptation au changement et plus généralement la mise en œuvre d’une vie sociale dans l’établissement où il travaille. Il encourage l’expression, la créativité et l’épanouissement des patients.

Dans la Fonction publique hospitalière, le rôle des animateurs est défini par le décret du 4 février 2014, qui précise aussi qu’ils ont aussi une fonction de conseiller technique et de soutien auprès du personnel de l'établissement et qu’ils agissent en concertation avec les équipes sociales, éducatives et soignantes.

De plus en plus d’animateurs hospitaliers dans les services de gériatrie ou en EHPAD

Avec l’allongement de l’espérance de vie, le secteur public de la santé emploie de plus en plus d’animateurs dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées (EHPAD) et les services de gériatrie de l'hôpital public. L’évolution est constante depuis quelques années. Dans une maison de retraite, l’animateur joue un rôle essentiel dans la prévention de l’isolement social des résidents, et donne du sens à la vie des personnes dépendantes. Il participe à l’organisation de leur vie quotidienne, rythmée par les activités qu’il leur propose. Une association, le GAG (Groupement  national des animateurs en gérontologie) a même été créée pour mettre en avant la spécificité de l’animation au milieu des intervenants médicaux et paramédicaux.

Animateur hospitalier : un emploi de catégorie B de la filière socio-éducative

Les animateurs hospitaliers sont recrutés par concours ouverts aux titulaires du diplôme d’Etat aux fonctions d’animateur (DEFA) ou du brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS), spécialité animation sociale, ou du brevet d’Etat d’animateur technicien de la jeunesse et de l’éducation populaire (BEATEP), spécialité activités sociales-vie locale. Selon le décret du 4 février 2014, les animateurs hospitaliers constituent un emploi de catégorie B de la filière socio-éducative. Ce corps comprend 3 grades, avec 3 niveaux hiérarchiques : animateur hospitalier de classe normale (1er grade), animateur hospitalier principal de 2ème classe (2ème grade), animateur hospitalier principal de 1ère classe  (3ème grade).

D’après la grille indiciaire, et selon le grade, la rémunération brute d’un animateur hospitalier qui débute est comprise entre 1600 et 1800 euros. Elle varie entre 2300 et 2700 euros en fin de carrière. Agent de catégorie sédentaire, l’âge de l’ouverture de ses droits à la retraite est fixé à 62 ans. Comme tous les agents hospitaliers, un animateur à l’hôpital ou en EHPAD doit avoir validé entre 167 et 172 trimestres pour partir à la retraite à taux plein (75 % du traitement indiciaire brut calculé sur les 6 derniers mois d’activité). S’il part à la retraite sans les trimestres requis, sa pension sera définitivement amputée : c’est ce qu’on appelle la décote.

Pour un animateur hospitalier, comme pour tous les agents, mieux vaut préparer sa retraite durant sa carrière professionnelle et ainsi se constituer un complément de revenu pour demain.

La Complémentaire retraite des hospitaliers, déjà choisie par 360 000 agents hospitaliers, a été créée par des hospitaliers pour des hospitaliers dans ce but précis ! Cotisez maintenant pour vous garantir une rente que vous percevrez dès votre départ à la retraite et pour toute votre vie !

Pour découvrir tous les avantages de la Complémentaire Retraite des hospitaliers
cliquez ici

 

Pour faire une estimation de votre retraite de base
cliquez ici