Argent et Impôt

Baisse de la taxe d’habitation : les bonnes et les mauvaises surprises pour 2018

8 novembre 2018

80 % des Français devaient constater, dès cette année, une baisse de leur taxe d’habitation de 30 % sur leur avis d’imposition (puis 65 % en 2019 et suppression totale en 2020). Sont concernés par cette réduction sous conditions de ressources: les célibataires gagnant moins de 2592 euros par mois et les couples avec enfants gagnant moins de 4722 euros mensuels. Si certains ont pu se réjouir de cette baisse, pour d’autres, le compte n’y est pas : ils paient parfois autant voire plus de taxe d’habitation qu’avant !
En cause : l’augmentation des impôts locaux décidée par certaines communes, ce qui a accentué la pression fiscale.
Pour les 20 % de Français restants, il faudra attendre 2021 pour constater l’exonération totale de la taxe d’habitation et donc, la suppression de cet impôt.
Baisse taxe d'habitation informations

Vous avez reçu il y a quelques semaines votre avis d’impôt pour votre taxe d’habitation. Bonne ou mauvaise surprise ? Car selon leurs revenus et leur lieu d’habitation, tous les Français ne sont pas logés à la même enseigne ! Parmi les 3 cas de figure suivants, l’un d’entre eux correspond forcément à votre situation.

Vous faîtes partie des 80% concernés par la baisse de la taxe d'habitation

1er cas de figure : vous êtes célibataire et vous gagnez MOINS de 2592 euros par mois ou êtes en couple avec enfant et vous gagnez MOINS de 4722 euros. Dans ce cas, en principe, votre taxe d’habitation a baissé de 30 %.

Si vous êtes concerné par la réforme de la taxe d’habitation dès cette année, les pouvoirs publics ont pris soin de vous prévenir sur votre avis d’imposition. 22 millions de foyers fiscaux (80 % des contribuables) ont reçu, avec leur avis d’impôt, un petit texte, intitulé « Avis important », qui mentionnait : «A la suite de la réforme nationale de la taxe d’habitation, vous bénéficiez pour cette année d’une réduction de 30 % de cet impôt. Votre taxe d’habitation est donc de X euros ; sans cette réforme, elle serait de Y euros. » Sont concernés : les célibataires gagnant moins de 2 592 euros par mois ou les couples avec enfant touchant moins de 4 722 euros par mois. Cette baisse sera portée à 65 % en 2019. Et la taxe d’habitation sera totalement supprimée en 2020.

Vous ne faîtes pas partie des foyers concernés par la baisse de la taxe d'habitation

2ème cas de figure : vous êtes célibataire et vous gagnez PLUS de 2592 euros par mois, ou vous êtes en couple avec enfant et vous gagnez PLUS de 4722 euros. Dans ce cas, votre taxe d’habitation est, en principe, restée inchangée.

Si vous êtes dans ce cas de figure, vous n’en avez pas fini avec la taxe d’habitation ! Vous allez encore la payer pendant 3 ans ! Contraints par une décision du Conseil constitutionnel, les pouvoirs publics se sont engagés à supprimer la taxe d’habitation pour tous en 2021, y compris pour les revenus au delà des seuils annoncés. Attention : cette suppression ne concerne que les résidences principales. Les propriétaires de résidences secondaires sont et seront toujours soumis à la taxe d’habitation.

Vous étiez censé bénéficier de la baisse de la taxe d'habitation mais...

3ème cas de figure : vous faites partie des Français pour qui la taxe d’habitation aurait dû baisser de 30 % mais le compte n’y est pas !

Malgré la baisse de 30 % annoncée par les pouvoir publics, certains contribuables paient quasiment le même montant de taxe d’habitation que l’an dernier, et parfois même plus ! La raison est simple : certaines villes (peut-être la vôtre ?) ont choisi d’alourdir la pression fiscale. Selon un rapport parlementaire, au moins 5 680 communes ont ainsi augmenté leur taux d’imposition en 2018. Dans de nombreuses villes, des habitants pouvaient bénéficier d’un abattement sur leur taxe d’habitation. Là encore, certaines ont décidé de supprimer cet avantage.
La taxe d’habitation rapportait chaque année un peu plus de 20 milliards d’euros aux collectivités locales. L’Etat s’est engagé à compenser le manque à gagner, mais les modalités ne sont pas encore connues.

Une loi est attendue l’an prochain pour boucler le financement de cette réforme avant les municipales de 2020. En attendant, certaines communes pensent déjà à augmenter les taxes foncières payées par les propriétaires. Au bout du compte, de nombreux Français ne vont pas profiter immédiatement de cette baisse de la pression fiscale sur la taxe d’habitation. S’ajoute à cela, la mise en place du prélèvement de l’impôt sur le revenu dans quelques semaines seulement (1er janvier 2019) qui risque de renforcer davantage encore le sentiment diffus de perte de pouvoir d’achat. On s’interroge forcément, aussi, avec la mise en place de la nouvelle réforme des retraites prévue pour 2019 : un vrai chamboulement pour tous et en particulier pour les agents de la fonction publique. Voilà pourquoi il n’est pas inutile de penser dès aujourd’hui à ce que sera demain.

En souscrivant à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S est l’association souscriptrice), vous anticipez et vous faites le choix de réagir face à cette période d’incertitude qui s’annonce.

En cliquant ci-dessous, vous pouvez faire un simulation gratuite de votre retraite de base ou découvrir tous les avantages de la complémentaire retraite des hospitaliers.


Pour découvrir tous les avantages d'une complémentaire retraite pour votre future retraite
cliquez ici

 

Pour faire une estimation de votre retraite de base
cliquez ici