Conso et Bons Plans

Carburants : le boom du super éthanol E85, deux fois moins cher et plus écologique !

3 octobre 2019

Le bio-éthanol existe depuis les débuts de l’automobile mais il a pourtant mis 100 ans à s’imposer en France ! Le super éthanol E85, moins cher et plus écologique, n’est arrivé dans nos stations-services qu’en 2007. Aujourd’hui il est considéré comme une alternative sérieuse à l’essence sans plomb ! Alors pourquoi un tel retournement ? La lutte contre le réchauffement climatique est devenue une vraie priorité aux yeux des Français (ce n’était pas encore le cas il y a 10 ans), la réglementation sur les niveaux d’émission se durcit, le diesel recule et les prix de l’essence classique flambent à la pompe ! Le super Ethanol est deux fois moins cher que le SP95. On peut faire un plein de 40 litres d’E85 pour 27 euros. Et il n’est plus nécessaire d’avoir un véhicule déjà équipé pour rouler au super éthanol : depuis 2017, vous pouvez faire poser un boitier sur votre voiture à essence pour utiliser les deux types de carburant.
super éthanol E85 bioethanol

Le Super éthanol E85, un carburant économique

Le super éthanol E85, carburant économe et écolo, va t-il enfin s’imposer en France ? En tout cas, toutes les conditions sont réunies. Alors que l’essence sans plomb SP95 atteint des niveaux record (environ 1,60 euro le litre en moyenne), le super éthanol E85 coûte autour de 68 centimes d’euro, parfois même 50 centimes dans certains hypermarchés qui vendent à prix coûtant.

Et aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’acheter un véhicule déjà équipé pour fonctionner au bioéthanol : un arrêté du 15 décembre 2017, a permis l’homologation des boîtiers que l’on installe sur les moteurs essence, donnant le top départ à une vraie démocratisation de son utilisation.

Le bio-éthanol existe depuis les débuts de l’automobile, mais il a longtemps été boudé au profit de l’essence

Ce nouveau carburant n’est pourtant pas aussi nouveau qu’on pourrait l’imaginer ! Le bioéthanol (alcool produit à base de plantes) existait déjà dès les débuts de l’automobile ! Mais c’est l’essence qui lui a été préféré. Du coup, l’E85 (85 % de bioéthanol et 15 % d’essence) n’a fait son apparition dans les stations françaises que bien plus tard, en 2007.

Le sans-plomb SP95 E10, contenant 10 % d’éthanol (utilisable dans presque tous les véhicules fabriqués après 2000) est arrivé, lui, deux ans plus tard en 2009. C’est la preuve que pendant longtemps, le bioéthanol n’a pas fait recette. Il a eu beaucoup de mal à décoller.

La prise de conscience collective du réchauffement climatique s’accélère

Mais les circonstances ont changé. Les Français ont compris que les puits de pétrole n’étaient pas des puits sans fin, que les réserves d’essence allaient se tarir, qu’il fallait trouver des solutions de remplacement. Depuis quelques années aussi, la prise de conscience collective du réchauffement climatique s’accélère, les normes environnementales sont plus sévères (en 2020, les constructeurs automobiles devront se conformer à de nouveaux niveaux d’émission de CO2 encore plus stricts), le diesel recule, et les prix à la pompe flambent. Sans oublier le contexte social : le mouvement des « Gilets jaunes » s’est cristallisé au départ contre l’augmentation de la taxe carbone appliquée aux carburants... C’est dans ce contexte que le bio-éthanol a pu faire une percée sur le marché et s’est aussi imposé comme l’une des réponses à la défense du pouvoir d’achat. Une nouvelle pompe E85 est désormais créée chaque jour en France. La vente de super éthanol E85 a augmenté de 85 % sur les 12 derniers mois.

Aujourd’hui 33 000 voitures vendues d’origine avec la bi-carburation super éthanol ou essence circulent en France. Il faut y ajouter 70 000  véhicules à essence classiques, équipés par leurs propriétaires d’un boîtier permettant la conversion. Le coût de l’installation varie entre 700 et 1600 euros selon le modèle de votre voiture.

Un achat amorti en deux ans en moyenne en parcourant 13 000 km par an.