Santé et Forme

Alimentation : faut-il afficher les calories sur les menus au restaurant ?

23 août 2018
Depuis quelques mois aux Etats-Unis, l’affichage du nombre de calories de chaque plat est obligatoire sur les cartes et les menus ! Cela peut surprendre, mais c’est le seul moyen trouvé par les pouvoirs publics pour inciter les clients à faire de meilleurs choix nutritionnels et combattre l’obésité (40 % des Américains).
Une telle mesure est-elle transposable en France ? Certains nutritionnistes estiment que ce serait un bon moyen de faire de la pédagogie : selon eux, nous sous-estimons la teneur en calories de la plupart des aliments. Savez-vous par exemple que 100 grammes de camembert apportent autant de calories qu’un burger frites ? A l’inverse, de nombreux restaurateurs s’opposent à l’arrivée de cette mesure en France. Ils mettent en avant la notion de « plaisir » et estiment la mesure prématurée car seuls 17 % des Français sont considérés comme obèses… Et vous ? Pensez-vous que ce soit une bonne mesure à généraliser en France ?  
afficher les calories sur les menus des restaurants

Aux Etats-Unis, depuis le mois de mai, les restaurants ont l’obligation d’afficher les calories en face de chaque plat sur les menus. Ce dispositif a été prévu par l’Obamacare sur la santé publique adopté en 2010, mais la Food and Drug Administration (FDA, l'agence de l'alimentation et des médicaments américaine) a mis des années à l'appliquer. Cette fois c’est fait : dans les restaurants, fast-food, cafés et épiceries, on peut désormais lire sur les menus le nombre de calories de chaque plat. Les food-trucks, les vendeurs de confiserie dans les cinémas et même les distributeurs automatiques sont également concernés par cette exigence.

Objectif : lutter contre l’obésité. Les pouvoirs publics espèrent que les Américains feront ainsi des choix nutritionnels plus judicieux, élimineront les plats les plus riches et mangeront plus sainement.

40 % des Américains sont obèses contre 17 % en France

Aux Etats-Unis, la malbouffe est responsable de 400 000 décès chaque année et 40% des Américains sont considérés comme obèses (indice de masse corporel égal ou supérieur à 30) dont 20% d'adolescents.

En France, selon des études du PNNS (programme national Nutrition Santé) et d’Esteban (Etude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition), 17 % des adultes et 4 % des enfants sont touchés par l’obésité. Des chiffres largement inférieurs à ceux outre-Atlantique mais qui restent préoccupants.

Afficher les calories sur les menus des restaurants ?

Voilà pourquoi, en France, les pouvoirs publics s’interrogent sur l’idée de transposer le dispositif. Rien n’est décidé pour le moment mais il se pourrait bien que dans quelques années, les restaurants français soient obligés eux aussi d’afficher les calories sur les menus.

Un foie gras du sud-ouest en entrée ? C’est 455 calories pour 100 grammes ! 6 huîtres, 54 calories seulement, les tomates cerises , c’est 20 calories pour 100 grammes, 340 calories pour 100 grammes de bœuf bourguignon, 320 pour un burger frites, 198 pour un magret de canard, 297 calories pour 100 grammes de camembert et 159 calories pour une île flottante !

« Connaître le contenu de son assiette au restaurant devrait être un droit »

Quand on sait qu’à 40 ans, une femme de 1 m 62 pesant 65 kilos a besoin de 2000 calories par jour et qu’un homme de 1 m 75, pesant 80 kilos doit absorber plus de 2500 calories par jour, on mesure très vite à quel point il est facile de dépasser le plafond autorisé par notre organisme !

Voilà pourquoi certains nutritionnistes français appuient la mesure américaine et souhaitent que la France prenne la même décision. Comme par exemple le docteur Laurence Plumey, médecin nutritionniste, praticien des hôpitaux de Paris et professeur à l’école de diététique de Paris : « Connaître le contenu de son assiette devrait être un droit. Et afficher les informations nutritionnelles est une bonne façon d’apporter des connaissances au consommateur. C’est une excellente idée. Des études ont démontré que, pour des quantités importantes de nourriture, on sous-estime de façon quasiment systématique les teneurs en calories de nos aliments. Alors, on s’autorise beaucoup plus d’écarts qu’il ne le faudrait et c’est la porte ouverte à la prise de poids. Le corps est une machine comptable extrêmement précise : toute prise de poids reflète un excédent de calories. Or, plus on le sait, mieux on adapte son comportement. »

«Ce n’est pas dans la culture française, la restauration c’est pour le plaisir »

Hubert Jan, président de la branche restauration de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie n’est pas du tout de cet avis : « Ce n’est pas dans la culture française. La restauration, c’est pour le plaisir. Les gens sont capables de faire un régime à base de salade toute la semaine et d’aller manger une entrecôte-frites le week-end. Et puis, c’est aussi une contrainte d’affichage. A quoi ressembleraient nos cartes ? On n’arriverait plus à lire quoi que ce soit. On est des cuisiniers, pas des toubibs. Cela changerait tout. Si l’on devait tout mesurer, on n’aurait plus de temps pour faire la cuisine. Qu’on le fasse aux Etats-Unis, d’accord. Les Américains en ont grand besoin à cause de la malnutrition et de l’obésité. En France, on n’en est pas du tout à ce stade... »

 

Une chose est sûre : selon le Ministère de la Santé américain, des études récentes montrent que l’étiquetage sur les menus permet de réduire de 30 à 50 % le nombre moyen de calories consommées à chaque repas au restaurant.