Mieux vivre demain

Journée mondiale du climat  : les effets visibles du réchauffement en France

5 décembre 2019
Créée à l’initiative de plusieurs ONG, la Journée mondiale du climat sera célébrée dans quelques jours, le 8 décembre. L’occasion de rappeler la menace bien réelle du réchauffement climatique en France et la nécessité d’agir pour en limiter les effets. Quand on parle de réchauffement climatique, on pense évidemment à la canicule qui sévit désormais chaque année pendant l’été. Mais ce n’est que la partie immergée de l’iceberg ! Il existe d’autres signes inquiétants qui sont à l’œuvre, parfois depuis plus de 40 ans et dont on constate les dégâts aujourd’hui.
journée mondiale du climat et réchauffement climatique

L’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) a été créé en 2001 pour observer ces phénomènes sur le long terme : fonte des glaciers, augmentation de la température de l’air, montée du niveau de la mer, modification du comportement des oiseaux migrateurs et une plus forte exposition de la population française aux risques. L’organisme a publié cette année un livret pédagogique illustré, avec des chiffres-clés et des photos pour nous aider à prendre conscience du phénomène.

Il y a quelques mois, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), a publié un livret pédagogique illustrant la réalité du réchauffement climatique en France sur le long terme, remontant parfois jusqu’à 40 années en arrière. Ce recul permet d’observer les grandes tendances et de constater que le réchauffement climatique ne date pas d’aujourd’hui.

1/ Les glaciers français fondent un peu plus chaque année

L’ONERC a étudié 4 glaciers français : Ossoue, dans les Pyrénées (massif du Vignemale), et Saint-Sorlin, Gébroulaz, Argentière et Mer de glace dans les Alpes. Le constat est implacable : en 20 ans, l’épaisseur des 5 glaciers étudiés a diminué de 18,80 mètres. Le seul glacier d’Ossoue, s’est raccourci de 540 mètres depuis 1911. En 100 ans, sa superficie est passée d’environ 110 à 45 hectares, soit une perte de surface de 59%.

A Chartreuse, une station de ski de basse altitude, l’ONERC note une diminution de 40 centimètres en 30 ans de l’enneigement au col de la Porte.

2/ La température de l’air augmente depuis plus de 20 ans

L’augmentation moyenne de la température en France métropolitaine est de 1,5°C depuis 1900, mais de 1,14°C pour la seule décennie 2000–2009.  Les territoires les plus affectés sont ceux de l’est de la France, avec entre +1,4 et +1,6 degré. La hausse est plus forte dans les départements du nord (entre +1 et +1,2°C) que dans ceux du sud (+0,8 à +1°C). L'été 2018 se classe au 2ème rang des étés les plus chauds après 2003 (+3,2 °C).

3/ Le niveau de la mer monte 

L’augmentation du niveau des océans est un phénomène planétaire. Le niveau de la mer s’est élevé de 4,3 centimètres dans le monde au cours des dix dernières années, entre janvier 2008 et janvier 2018.

En France, les infrastructures seraient submergées une ou plusieurs fois par siècle dans l’hypothèse d’une élévation de 1 mètre du niveau de la mer.

4 / Les oiseaux migrateurs migrent plus tôt

Sur le site de la pointe de Grave (Gironde), à l’extrémité nord de la pointe du Médoc, qui concentre « un flux important de migrateurs à la migration prénuptiale », l’ONERC constate que les migrateurs transsahariens reviennent en moyenne 6,5 jours plus tôt que lors des premières observations en 1987. Cette évolution serait particulièrement révélatrice du réchauffement climatique. Tout comme l’implantation progressive du moustique tigre, désormais bien installé dans 45 départements français.

5 / La date des vendanges est peu à peu avancée dans l’année

Toujours selon l’ONERC, les vendanges ont désormais lieu en moyenne 15 jours plus tôt qu’il y a 40 ans. Et après plus de 35 ans de croissance, les rendements des cultures (notamment le blé tendre en Pays de Loire) stagnent.

6/ La population française de plus en plus exposée aux risques climatiques

L’ONERC estime qu’aujourd’hui, 62% de la population française est exposée de manière forte ou très forte aux risques climatiques. (avalanches, cyclones et tempêtes, feux de forêt, inondations…), un chiffre en forte hausse depuis 20 ans.