Infos clés sur la retraite

La Caisse Nationale de Retraites des Agents des Collectivités Locales (CNRACL)  : en savoir plus !

13 juin 2019

La CNRACL est gérée depuis sa création en 1945 par la Caisse des Dépôts. C’est le régime de retraite obligatoire de base des fonctionnaires des collectivités locales et des fonctionnaires hospitaliers. Elle gère donc le régime de retraite des agents hospitaliers titulaires et stagiaires, les contractuels et les praticiens hospitaliers dépendant de la CNAV comme les salariés du secteur privé. Au moment du départ à la retraite et si vous êtes fonctionnaires hospitaliers, c’est votre employeur qui transmettra votre demande de mise à la retraite à la CNRACL. Les agents hospitaliers perdent en moyenne 25 à 30 % de leurs revenus quand ils partent à la retraite. C’est pourquoi la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice) vous propose une solution vous permettant de limiter cette baisse en vous constituant, pendant la vie professionnelle, un complément de revenu qui vous sera versé à vie à partir de votre départ à la retraite.
caisse-de-retraite-des-hospitaliers-cnracl

Que signifie « CNRACL » ?

La Caisse nationale des retraites des agents de collectivités locales (CNRACL) est la caisse d’assurance retraite obligatoire des fonctionnaires territoriaux, et aussi des hospitaliers fonctionnaires qui représentent 40% de ses affiliés. Concrètement, dès que vous êtes fonctionnaire hospitalier, vous êtes obligatoirement affilié à la CNRACL par votre employeur. On va vous demander de créer votre « espace personnel » sur le site de la CNRACL. Et c’est auprès d’elle que vous allez cotiser pour votre future retraite de base.

A qui s’adresse la CNRACL ?

La CNRACL est la caisse de retraite des agents hospitaliers titulaires et stagiaires qui ont un emploi permanent, et pouvant justifier de 2 ans de service minimum. Les vacataires, les agents contractuels et les praticiens hospitaliers dépendent, eux, du régime de la Sécurité sociale comme les salariés du privé. Pour leur retraite de base, ils dépendent donc de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV).

Quel est le principe de la CNRACL ?

La CNRACL fonctionne selon le principe de la répartition : les cotisations versées aujourd’hui par les agents hospitaliers en activité servent au paiement des prestations de ceux qui sont actuellement à la retraite.

Comment serai-je accompagné par la CNRACL ?

L’organisme va vous accompagner tout au long de votre carrière : à partir de l’âge de 35 ans, la CNRACL vous enverra tous les 5 ans, un relevé de situation individuelle (RIS) sur lequel figurent vos droits acquis auprès des différents régimes de retraite. Dès 55 ans, un document reprenant les éléments du RIS et présentant une estimation du montant de votre future retraite, l’estimation indicative globale (EIG), vous sera transmise par la CNRACL. Ce sont des outils précieux pour vérifier que l’organisme dispose des informations les plus fiables sur votre déroulé de carrière (https://www.cnracl.retraites.fr/actif).

Comment anticiper et limiter la baisse de revenus à la retraite ?

 Grâce à l’accompagnement de la CNRACL, et notamment aux simulations diverses, vous aurez une idée assez précise de ce qui vous attend au moment du départ à la retraite. Les revenus des agents hospitaliers baissent à ce moment là d’environ 25 à 30% en général.
Voilà pourquoi il est utile d’anticiper pendant votre carrière professionnelle et, par exemple, de vous affilier à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers pour limiter la baisse de revenus que vous subirez au moment de quitter la vie active.
Créée par des hospitaliers pour les hospitaliers, il y a plus de 55 ans, elle pourra vous assurer un vrai complément de ressources à la retraite, sans que ce soit un lourd sacrifice pour vous pendant la vie professionnelle. En effet, les cotisations à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers s’adaptent aux ressources des agents. Ainsi, pour un traitement indiciaire brut de 1350€ ou de 1600€, la cotisation peut respectivement démarrer à 34 € ou 40 €.

Par ailleurs, c’est une solution retraite sûre car le C.G.O.S en est l’association souscriptrice.

Ce n’est donc pas un hasard que plus de 360 000 hospitaliers de la Fonction publique lui fassent confiance

Comment faire pour demander votre départ en retraite ?

6 mois au moins avant le départ à la retraite, vous devez envoyer une lettre de départ à votre employeur. (Modèle au format pdf à télécharger ici ) A charge pour lui de la transmettre à la CNRACL, avec les pièces justificatives, 3 mois avant le départ. C’est une période pendant laquelle vous pouvez suivre l’avancement de votre dossier dans votre espace personnalisé sur le site de la CNRACL.

Attention, si vous avez aussi cotisé dans le privé, ou à d’autres caisses de retraite au cours de votre carrière, vous avez deux options pour demander votre départ à la retraite :

1/ Utiliser le guichet unique en vous connectant sur votre compte « FranceConnect » (accessible ici). Dans ce cas, vous n’avez pas d’autre démarche à faire.

2/ Si vous n’avez pas de compte sur le site public FranceConnect, il vous appartient de faire les démarches en parallèle auprès des différents organismes concernés.

Comment contacter la CNRACL ?

Il suffit de vous rendre sur le site de la CNRACL en cliquant ICI.