Métiers et Carrières

La cohorte Constances  : un outil pour connaître l’état de santé des Français

13 août 2020

Connaissez-vous la cohorte Constances ? Ce dispositif existe en France depuis 2012. Il est piloté par la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Il rassemble 200 000 volontaires de 18 à 69 ans, qui réalisent un bilan de santé complet tous les 5 ans et sont suivis régulièrement. Leurs données médicales aident à la recherche épidémiologique et à la prévention de la santé publique.
Cohorte Constances

Comment les données médicales des volontaires Constances peuvent aider la recherche ?

La cohorte Constances vise à recueillir un maximum d’informations médicales pour identifier les facteurs qui impactent la santé publique. Le projet a obtenu l’autorisation de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) en 2011, et le recueil des informations se fait uniquement sur la base du volontariat.  Il est « sans équivalent au niveau international », selon l’Inserm, et des chercheurs du monde entier y font appel.

En mai 2019, plusieurs études ont été présentées à Paris pour montrer les travaux réalisés sur l’association du stress au travail et de la consommation d’anxiolytiques par exemple, ou sur l’efficacité de la cigarette électronique pour réduire le tabagisme à long terme.

COVID-19 : les données de Constances utilisées pour identifier des anticorps

En plus des 80 projets actuels de recherche et de santé publique, Constances ouvre aussi sa base de données aux recherches épidémiologiques. Notamment depuis le début de la pandémie du COVID-19, pour « déterminer l’immunité déclenchée et la dynamique de l’épidémie en France » (site Constances). Elodie, 39 ans, est volontaire depuis février 2020. « Quelques semaines après mon premier examen de santé, j’ai reçu un courrier pour m’informer des recherches liées au COVID-19. Mes tests sont revenus négatifs. C’est rassurant de voir que nos échantillons et nos données sont immédiatement utilisés pour la recherche ». 

Les récents projets liés à Constance sont nombreux : comme une biobanque pour recueillir des échantillons biologiques, ou encore  un « calendrier résidentiel » pour identifier les effets des pesticides ou de la pollution.

En savoir plus sur la cohorte Constances