Ma Vie Personnelle

Le Brexit : quelles conséquences pour les consommateurs ?

4 février 2021

Depuis le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Europe. Cela implique des changements et des nouvelles contraintes. En particulier si vous avez envie de faire des achats en ligne sur un site britannique ou si vous avez prévu de passer quelques jours outre-Manche. Le Brexit va aussi impacter les étudiants. Passeport, TVA, Erasmus… on fait le tour des informations à retenir.

Pour acheter sur des sites web au Royaume-Uni, vous êtes toujours protégé par la législation européenne

Vous avez repéré une adorable tenue « So British » ou un objet vintage sur un site de vente anglais ? Bonne nouvelle, la législation européenne en matière de paiement reste en vigueur et il n’y a pas de frais supplémentaires imposés par le vendeur. Attention, quand même, aux frais de change de votre banque lorsque vous payez en livres sterling, comme c’était déjà le cas avant le Brexit.

Pour des achats ne dépassant pas 150 euros, pas de frais de douane. Ils peuvent s’appliquer au-delà de cette somme si les articles sont achetés sur un site britannique, mais fabriqués et envoyés depuis un autre pays.

En cas de panne ou de défaut, vous pouvez toujours bénéficier de la garantie légale de conformité. Le délai est d’ailleurs allongé par rapport à celui que nous connaissons en France, qui est de deux ans. Le droit britannique prévoit un délai de 6 ans pour les biens neufs achetés en Angleterre, au Pays de Galles ou en Irlande du Nord, et de 5 ans en Ecosse.

Vous pouvez aussi profiter du droit de rétractation. Le « right to reject » britannique permet de retourner un article dans les 30 jours qui suivent la date de livraison. C’est 15 jours de plus que lorsque vous achetez en ligne auprès d’un site français.

Des changements pour les touristes et les étudiants

Pour aller à Londres en Eurostar, ou prendre le ferry jusqu’aux falaises de Douvres, la carte d’identité est suffisante jusqu’en septembre 2021. Mais à partir du 1er octobre 2021, le passeport sera obligatoire pour poser le pied sur le sol anglais, doublé d’un visa (payant) pour les personnes qui souhaitent y rester plus de 6 mois.

C’est d’ailleurs pour les étudiants, souvent concernés par ces longs séjours, que le Brexit pourrait être plus coûteux. La fin de la convention Erasmus entraîne la fin des aides liées à ce programme. A partir de l’année prochaine, les droits d’inscription changeront : la convention Erasmus permet, en effet, aux étudiants de payer les frais universitaires de leur pays d’origine, et non ceux du pays d’accueil. Or, les universités britanniques sont bien plus chères que les françaises. Des changements à prendre en compte pour les jeunes qui souhaitent étudier à l’étranger !