Santé et Forme

Le tabagisme, on en parle ? Zoom sur la Charte Hôpital sans tabac

5 novembre 2020

Arrêter de fumer, c’est facile à dire… mais pas toujours simple à faire. Pour arrêter la cigarette, il y a le dispositif #MoisSansTabac, en novembre, pour se motiver et réussir tous ensemble. Mais dans les établissements de soins, l’effort se poursuit toute l’année, notamment avec la Charte Hôpital sans tabac. En quoi consiste cette charte ? En quoi peut-elle changer le quotidien des agents hospitaliers ?
Mois sans tabac à l'hôpital
 

La Charte Hôpital sans tabac pour encourager les « lieux de santé sans tabac »

La Charte Hôpital sans tabac, élaborée pour la première fois en 1993, est désormais portée par le RESPADD, le Réseau de prévention des addictions, qui regroupe près de 850 établissements de santé. L’objectif de cette charte est d’aider les établissements à devenir des « lieux de santé sans tabac », où les professionnels de santé, comme les patients, sont accompagnés dans leur sevrage. Selon une enquête menée par le RESPADD auprès de 5 500 agents hospitaliers, 25 % déclarent fumer de manière occasionnelle ou régulière, 9,7 cigarettes par jour, en moyenne.

À l’hôpital, tous acteurs de la Charte Hôpital sans tabac

En appliquant les dix points de la charte, ces établissements de soins s’engagent dans une véritable lutte contre « le tabagisme en blouse blanche ». Ainsi, il est recommandé d’interdire les « pauses cigarettes » à l’entrée de l’établissement. Dans son Guide de l’hôpital sans tabac, le RESPADD relève que cela peut avoir un impact négatif « sur la qualité des soins perçue par les usagers de l’établissement ». Surtout lorsque les agents portent toujours leur tenue de travail.

La charte laisse aussi une place importante à l’accompagnement et à la sensibilisation, ainsi qu’à l’aide au sevrage. Une bonne occasion pour les agents d’accéder à ces différents programmes pour arrêter de fumer.

Le label Lieu de santé sans tabac (LSST) est décerné aux établissements qui adoptent et respectent la charte. À la fin de l’année 2019 par exemple, plusieurs centres hospitaliers du Grand Est l’ont obtenu, et en janvier 2020, les hôpitaux de Haute-Saône ont aussi interdit la cigarette.