Ma Vie Professionnelle

L’INS (identité nationale de santé) pour sécuriser les données de santé et améliorer la prise en charge des patients

13 mai 2021

Depuis le 1er janvier 2021, chaque bénéficiaire de l’Assurance Maladie en France est désigné par un matricule INS (identité nationale de santé) auprès des professionnels de santé. Un identifiant unique et pérenne, pour mieux sécuriser les données des patients, et faciliter la communication entre les services de santé. Et comment ça se passe dans la pratique ? Explications.

Qu’est-ce que le matricule INS et comment est-il défini ?

Tous les usagers disposent d’une identité nationale de santé et donc d’un matricule INS. Il est, dans la plupart des cas, identique au numéro de sécurité sociale (ou au numéro identifiant attente NIA pour les personnes non nées en France en attente d’immatriculation par l’Assurance Maladie). Il est d’ailleurs indiqué sur l’attestation de Sécurité sociale. L’INS comprend également 5 traits : nom de naissance, prénom(s) de naissance, date de naissance, sexe et lieu de naissance de l’usager.

La mise en place de cette nouvelle identification est une autre manière d’améliorer la prise en charge des patients. D’abord parce qu’elle apporte plus de fiabilité au référencement de leurs données de santé : l’identifiant unique et pérenne va permettre d’éviter les doublons et les croisements de dossiers. Mais aussi parce que l’INS va simplifier la transmission d’informations entre les professionnels de santé qui suivent un patient.

Qu’est-ce que ça change pour les patients ?

En pratique, pas grand-chose, puisque seuls les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge des patients peuvent utiliser l’INS, notamment pour accéder au Dossier Médical Partagé (DMP). Le médecin peut, par exemple, demander une pièce d’identité à un patient pour s’assurer qu’il consulte le bon dossier et qu’il n’y aura pas de confusion entre deux personnes. De leur côté, les usagers doivent toujours utiliser le même identifiant de connexion – et non leur INS – pour accéder à leur DMP. Pour en savoir plus sur le déploiement de l’INS et ses bonnes pratiques, rendez-vous sur le site de l’Agence du Numérique en Santé où de nombreuses ressources sont proposées à destination des patients mais aussi des établissements et des professionnels.