Métiers et Carrières

Moniteur-éducateur à l’hôpital  : aider le patient à retrouver une forme d’autonomie

18 novembre 2019
Le moniteur-éducateur hospitalier a pour mission de sociabiliser les personnes en difficulté : enfants ou adolescents ayant des troubles du comportement, adultes handicapés, ou personnes âgées dépendantes. Il participe au développement des capacités de chacun, il aide les patients à créer du lien et à acquérir une forme d’autonomie. Il participe aussi à l’accompagnement social des patients. Le moniteur-éducateur appartient à la filière socio-éducative des métiers de l’hôpital. Il travaille en lien avec l’éducateur spécialisé, qui détient la responsabilité d’élaborer des projets. Selon sa grille indiciaire, son salaire brut en début de carrière est de 1607 euros.
moniteur éducateur à l'hôpital

A l’hôpital, le moniteur-éducateur intervient auprès de patients qui ont tous des difficultés physiques, psychiques, ou sociales. Son objectif : sociabiliser les personnes handicapées physiques ou mentales, ou internées, pour un temps, en service psychiatrique. « J’ai longtemps travaillé en foyer, mais aujourd’hui je travaille en centre hospitalier »,  explique Sonia, monitrice-éducatrice proche de la retraite, près de Toulouse. « Nous organisons des ateliers pour développer les facultés de chacun. J’encadre les AMP (aides médico-psychologiques) pour organiser au mieux la vie quotidienne et des activités qui viendront aider la personne à retrouver une certaine autonomie. C’est ça notre job… » Ce que confirme Quentin, qui vient tout juste de décrocher son premier poste de moniteur-éducateur dans un établissement hospitalier des Hauts-de-France : « Nous aidons la personne à créer des liens avec les autres, et à développer ses capacités. Les relations humaines sont très fortes ! Il n’y a jamais de routine. Et quand on observe la progression des patients vers leur autonomie, c’est une belle satisfaction… »

« Quand on est moniteur-éducateur à l’hôpital, il faut rester fort psychologiquement… »

Quentin, comme tous ses collègues moniteurs-éducateurs consacre aux patients beaucoup de temps et d’énergie. Et la difficulté, aujourd’hui, pour lui qui débute, c’est de savoir gérer ses émotions. « Il faut rester fort psychologiquement.  On est moins efficaces quand la fatigue l’emporte sur le travail… » Sonia, qui a un peu plus d’expérience rappelle : « En toutes circonstances nous devons être créatifs, être des moteurs pour le groupe de patients, on n’a pas trop le droit de flancher…»

Pour être moniteur-éducateur, il faut obtenir le diplôme d’Etat de Moniteur-Educateur (DEME). La formation dure 2 ans (comprenant 950 heures de théorie et 7 mois de stage). Le DEME peut être obtenu via la VAE (validation des acquis de l’expérience) ou grâce à une formation en alternance (avec un contrat d’apprentissage.)

Quand on est moniteur-éducateur, il existe des passerelles pour devenir éducateur spécialisé ou éducateur de jeunes enfants

Quand on se lance dans une carrière de moniteur-éducateur, une expérience professionnelle antérieure dans le secteur associatif ou en tant que bénévole, peut vraiment être utile. Les moniteurs-éducateurs hospitaliers constituent un emploi de catégorie B de la filière socio-éducative. Selon leur grille indiciaire, ils perçoivent un salaire brut de 1607 euros en début de carrière (1er grade) et 2350 euros juste avant de partir à la retraite. Mais pour Quentin, exercer comme moniteur-éducateur n’est qu’une première étape : « J’ai envie plus tard d’évoluer vers le métier d’éducateur spécialisé, ou d’éducateur de jeunes enfants… » Pour accéder à ces formations, le moniteur-éducateur bénéficie de dispenses et d'allègement de formation.