Infos clés sur la retraite

Pension de réversion : les réponses à vos questions

17 mai 2018

Après le décès de votre conjoint, vous pouvez percevoir une fraction de sa retraite. C’est ce qu’on appelle la pension de réversion. Elle ne peut être attribuée que si vous avez été marié au défunt. Il faut la demander : elle ne vous sera pas octroyée automatiquement. Ses modalités d’application dépendent parfois du statut du défunt : par exemple, s’il était fonctionnaire, vous pouvez percevoir une pension de réversion quel que soit votre âge. S’il était salarié du privé, vous devrez attendre d’avoir 55 ans. S’il était fonctionnaire, vous percevrez cette pension de réversion quels que soient vos revenus, mais s’il travaillait dans le privé vous ne la percevrez que si vos ressources ne dépassent pas 20 550 euros en 2018.
Pension de réversion pour les hospitaliers de la fonction publique

La pension de réversion c'est quoi ?

La pension de réversion, c'est la possibilité de percevoir une partie de la retraite (de base et complémentaire obligatoire) que son conjoint percevait de son vivant. En général, on est peu préparé à ce moment, très souvent associé à la douleur d’avoir perdu celui ou celle qu’on aimait. Alors mieux vaut s’interroger en amont, quand tout cela paraît encore lointain, sur les conditions d’attribution de la pension de réversion et sur ses modalités. Nous avons choisi cette semaine de répondre directement aux questions que vous vous posez.

Cyrille, 60 ans, ambulancier :
« La pension de réversion est-elle attribuée d’office ? »

Notre réponse : NON ! Pour la percevoir, vous devez en faire la demande dans les jours suivants le décès auprès des Caisse de retraite de votre conjoint décédé. Si vous ne demandez rien, il ne se passera rien. Si votre demande est formulée avec retard, mais dans un délai d'un an à compter du décès, la pension de réversion sera rétroactive. Elle sera en principe attribuée à partir du premier jour du mois suivant la date du décès. Au-delà d'un an, aucune rétroactivité n'est accordée. La pension de réversion est attribuée à partir du premier jour du mois suivant la date de votre demande.

Olivia, 59 ans, infirmière :
« Ma pension de réversion représentera-t-elle 100 % de la pension de retraite que percevait mon conjoint ? »

Notre réponse : NON ! C’est beaucoup moins. Pour le chiffre exact, tout dépend du statut du conjoint décédé. S’il était fonctionnaire, vous percevrez 50 % de sa pension (retraite de base + Retraite Additionnelle de la Fonction Publique). S’il était salarié du privé, vous percevrez 54 % de sa retraite de base et 60 % de sa retraite complémentaire.

Sylvie, 53 ans, infirmière :
« J’ai entendu dire que je devais attendre d’avoir 55 ans pour demander à bénéficier d’une pension de réversion, est-ce vrai ? »

Notre réponse : OUI et NON ! Si votre conjoint décédé était fonctionnaire, aucune condition d’âge n’est exigée pour bénéficier de la pension de réversion sur sa retraite de base. Vous pouvez la demander maintenant.
En revanche, vous ne toucherez la pension de réversion, assise sur la Retraite Additionnelle de la Fonction Publique, qu’à partir de l’âge légal de votre départ en retraite.
Si votre conjoint défunt était salarié du privé, vous devez en effet attendre d'avoir 55 ans pour demander à percevoir une pension de réversion du régime de base et complémentaire (Agirc-Arrco). Avant vos 55 ans, si vous remplissez les conditions de revenus, vous pouvez toutefois demander à bénéficier de l'allocation veuvage.

Sandrine, 47 ans, aide-soignante :
« Si je suis pacsée, pourrai-je prétendre à la pension de réversion de mon conjoint décédé ? »

Notre réponse : NON ! Les partenaires liés par un PACS, tout comme les concubins, n'y ont pas droit. Il faut être ou avoir été marié. Seuls les époux peuvent percevoir une pension de réversion qui correspond à un pourcentage de la retraite du défunt.

Joelle, 45 ans, secrétaire médicale
« Si mon conjoint n’était pas encore retraité au moment de son décès, ai-je quand même droit à la pension de réversion ? »

Notre réponse : Contrairement aux idées reçues, OUI ! Si votre conjoint est décédé en cours d'activité, vous pourrez quand même percevoir la pension de réversion, dès que vous remplirez les conditions requises, notamment d’âge (55 ans minimum si votre conjoint travaillait dans le privé). Le montant de la pension sera alors calculé en fonction des années de cotisations.

Sidonie, 48 ans, infirmière
« J’ai divorcé de mon mari il y a 10 ans, il s’est remarié il y a 3 ans, mais il vient de décéder… L’intégralité de la pension de réversion est-elle versée à sa nouvelle épouse ? »

Notre réponse : NON ! Si votre ex-mari s’est remarié, la pension de réversion sera partagée entre vous et entre sa nouvelle épouse, au prorata de la durée du mariage avec chacune.

Gilles, 40 ans, aide-soignant
« Y –t-il un plafond de ressources pour percevoir la pension de réversion ? »

Notre réponse : Là encore OUI et NON ! Si votre conjoint décédé était fonctionnaire, vous toucherez la pension de réversion sans condition sur vos revenus. Mais si votre conjoint était salarié du privé, vous percevrez cette réversion, sur la retraite de base, seulement si vos revenus annuels ne dépassent pas 20550 euros en 2018 (ou 32 880 euros pour un couple si vous vivez de nouveau avec quelqu’un). En revanche : pas de condition de revenus pour toucher la réversion sur la retraite complémentaire.