Infos clés sur la retraite

Réforme des retraites 2019 : 20 000 Français ont fait leurs propositions !

17 janvier 2019

Dans quelques jours, le 21 janvier 2019, le projet de réforme des retraites entrera dans une nouvelle phase, celle de la concertation avec les partenaires sociaux. Cette étape intervient après 6 mois d’échanges et de consultations citoyennes auprès des Français. Le site a enregistré 35 273 contributions de plus de 20 000 citoyens. Ils demandent l’instauration d’un système de retraite universel, rapprochant le secteur privé et les fonctionnaires, le maintien de l’âge minimum de départ à la retraite à 62 ans, la garantie d’un montant minimum de retraite, et la création d’un compte parental (pour aider les femmes à concilier leur vie familiale et professionnelle). Mais les Français craignent aussi une possible baisse des pensions et un nivellement des droits par le bas. Personne ne peut dire aujourd’hui ce que sera la réforme fin 2019. D’où la nécessité, pour les agents hospitaliers, d’anticiper pour se préparer un revenu additionnel à la retraite. Une solution pour les agents hospitaliers est celle de cotiser à la  Complémentaire Retraite des Hospitaliers, le 1er complément de retraite de la Fonction publique hospitalière.
reforme-des-retraites-hospitaliers

 

Quelles sont les principales propositions des 20 000 Français qui se sont exprimés lors de cette consultation nationale ? Voici leurs réponses sur les points-clés de la réforme.

 

Création d’un système universel de retraites


Près de 77% des citoyens qui ont participé sont d’accord avec l’idée d’instaurer un système universel de retraites, unifié entre privé et public. Le système actuel est jugé trop complexe, illisible et surtout injuste avec ses 42 régimes, la séparation des régimes de base et régimes complémentaires et les différents calculs des droits. Autre demande : à revenus identiques, le niveau de cotisation et les droits à retraite doivent être les mêmes. Autrement dit : un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé et quel que soit le statut de celui qui a cotisé.

Maintien de l’âge de départ à 62 ans.

Une large majorité, près de 65 %, est favorable au maintien de l'âge minimum de départ à la retraite à 62 ans. Beaucoup insistent sur le fait de conserver les critères de « pénibilité » et de « dangerosité de certains métiers ». De façon générale, ils demandent une plus grande transparence et une « information claire » sur le montant de la retraite à percevoir, jugé encore trop souvent incompréhensible pour le futur retraité.

Création d’une pension minimum décente

La quasi totalité des participants (92%) souhaite que ceux qui ont perçu tout au long de leur vie un revenu inférieur ou égal au Smic puissent bénéficier d'une pension minimum décente. Ils veulent garantir un montant de retraite de base supérieur au minimum vieillesse (833 euros aujourd’hui pour une personne seule) pour valoriser et inciter au travail.

Création d’un compte parental

C’est peut-être la proposition la plus originale car la plus favorable aux femmes. L’objectif : aider les femmes à concilier leur vie familiale et professionnelle. Ce compte parental permettrait de créer des droits liés à l’arrivée d’un enfant dans le foyer. Ces droits pourraient être utilisés librement, selon les besoins, pour financer la garde des enfants ou être transformés en points retraite. Parmi les propositions qui concernent les femmes, on trouve aussi celle-ci : une femme en temps partiel subi ou lié à l’arrivée d’un enfant doit pouvoir cotiser à temps plein et non plus à taux réduit. L’objectif est de lutter contre la disparité entre les pensions : une femme a en moyenne une pension inférieure de 40 % (hors pension de réversion) à celle d’un homme.

Des pistes pour le financement

Les Français consultés ont également donné leur avis sur le financement du système des retraites. Et une majorité d'entre eux juge « indispensable » de taxer les géants du numérique (les fameux « GAFA », Google, Amazon, Facebook, Apple) et plus généralement les plateformes numériques. Parmi les autres idées pour financer le système des retraites : des taxes sur les robots ou sur les produits financiers.

Des inquiétudes qui demeurent

Reste à savoir ce qui sera retenu de toutes ces propositions dans la suite du processus. Les concertations avec les partenaires sociaux devraient se terminer mi-février et le projet de réforme des retraites serait proposé juste avant l’été, pour un vote fin 2019 et une application à partir de 2025. Les premiers retraités concernés seront ceux nés en 1963.

Dans le compte-rendu, les pouvoirs publics notent « des inquiétudes et des incompréhensions » formulées par de nombreux participants, notamment concernant « une possible baisse des pensions » et « un nivellement des droits par le bas ».
Voilà pourquoi il reste plus que jamais d’actualité d’imaginer des compléments de revenus pour demain. Personne ne sait aujourd’hui dans quel sens la réforme des retraites va évoluer, ni comment les souhaits des Français seront traduits en pratique. En particulier pour les agents hospitaliers dont l’âge d’ouverture des droits à la retraite varie, pour l’instant, selon la catégorie (active ou sédentaire).

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S est l’association souscriptrice) vous propose justement de prendre les devants en cotisant aujourd’hui pour vos revenus de demain, car vous l'aurez compris, la prochaine réforme des retraites va impacter les pensions de retraite des hospitaliers

En cliquant ci-dessous, vous pouvez faire un simulation gratuite de votre retraite de base ou découvrir tous les avantages de la complémentaire retraite des hospitaliers.

Pour découvrir tous les avantages d'une complémentaire retraite pour votre future retraite
cliquez ici

 

Pour faire une simulation de votre retraite de base
cliquez ici