Infos clés sur la retraite

Réforme des retraites 2019  : les nouvelles pistes envisagées pendant l’été

12 septembre 2019
Alors qu’il était quasiment acquis, au début de l’été, que les pouvoirs publics avaient choisi de créer un « âge d’équilibre » fixé à 64 ans, âge qu’il faudrait atteindre impérativement pour partir à la retraite à taux plein, de nouvelles pistes ont été proposées à la fin du mois d’août. L’idée serait accélérer la réforme adoptée en 2014, qui prévoit d’allonger la durée de cotisation d’un trimestre tous les trois ans pour avoir une retraite à taux plein. Pour le moment, la réforme de 2014 prévoit de passer de 41,5 ans aujourd’hui à 43 ans en 2035 pour la génération née après 1973. Les 43 ans seraient donc applicables plus vite (bien avant 2035) et pour des générations nées avant 1973.
Nouvelles informations sur la réforme des retraites

Une concertation nationale est mise en place dès ce mois de septembre pour que les Français donnent leur avis sur les pistes évoquées. Mais on sent bien que la période d’incertitude sur la réforme des retraites se prolonge. Mieux vaut anticiper et se préparer. C’est ce que propose la Complémentaire Retraite des Hospitaliers, dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice. En cotisant pendant la vie active, vous vous constituez un complément de revenu à la retraite. Et 100 % des cotisations sont déductibles de votre revenu net global. Une façon de financer facilement sa future retraite.

18 juillet 2019

Les propositions du Haut-Commissaire à la réforme des retraites

Mi-juillet, le Haut Commissaire à la réforme des retraites a remis ses propositions de réforme aux pouvoirs publics.

Un système de calcul universel confirmé

 Il a confirmé la mise en place d’un système de calcul universel, le même pour tous, dans le public comme dans le privé. Le calcul des pensions  devrait être effectué sur la totalité de la carrière, et non plus sur les 6 derniers mois (fonction publique) ou sur les 25 meilleures années (secteur privé).  

L'âge de départ à la retraite

 L’âge officiel de départ à la retraite serait maintenu à 62 ans mais les pouvoirs publics ont introduit la notion « d’âge d’équilibre » à 64 ans. Une personne qui déciderait de faire valoir ses droits à 62 ans se verrait appliquer un malus (décote) sur le montant de sa pension. Il faudrait travailler jusqu’à 64 ans pour obtenir une pension à taux plein.

A noter : l’âge moyen de départ à la retraite des agents hospitaliers est actuellement de 62,3 ans (source : Conseil d’orientation des retraites).

Les régimes spéciaux

La réforme de 2019 devrait aussi mettre fin progressivement aux «régimes spéciaux». Mais l’incertitude demeure pour les agents hospitaliers de catégorie active dont l’ouverture des droits à la retraite est fixée aujourd’hui à 57 ans. Actuellement, par exemple, l’âge moyen de départ à la retraite des aides-soignantes est de 58,3 ans (source : Conseil d’orientation des retraites).

28 août 2019

Les nouvelles pistes envisagées par les pouvoirs publics

Concernant l'âge de départ à la retraite 

La création d’un âge d’équilibre à 64 ans, évoquée mi-juillet comme une piste probable par le Haut Commissaire à la réforme des retraites, n’a pas fait l’unanimité. Car en obligeant les Français à travailler jusqu’à 64 ans pour obtenir une retraite à taux plein, ce système pénalise ceux qui ont commencé à travailler tôt. Certains pourraient avoir obtenu le nombre de trimestres requis pour partir à la retraite à taux plein (entre 41 et 43 ans), mais seraient contraints d’attendre quand même d’avoir 64 ans pour faire valoir leurs droits.
Voilà pourquoi, fin août, le président de la République a évoqué une autre piste : accélérer la réforme adoptée en 2014, qui prévoit d’allonger d’un trimestre tous les trois ans la durée de cotisation pour avoir une retraite à taux plein. Il est actuellement prévu de passer de 41,5 ans aujourd’hui à 43 ans en 2035 pour la génération née après 1973.

Les effets de l’accélération de cette réforme seraient similaires à l’instauration de « l’âge d’équilibre » (repousser l’âge effectif de départ à la retraite), mais ce système pénaliserait moins ceux qui ont commencé tôt. Le chef de l’Etat a aussi insisté sur le fait que des solutions doivent être trouvées pour ne pas pénaliser certaines professions qui risquent d’être « lésées », « comme les infirmiers, les aides-soignants ou les enseignants. »

Une concertation sur le sujet des retraites de plusieurs mois avec les Français

Autre nouveauté de l’été : la mise en place, en septembre, d’une grande concertation de plusieurs mois pendant laquelle les Français vont dire ce qu’ils pensent de ces réformes et affirmer leurs préférences pour tel ou tel système.

Face à l’incertitude, anticiper et se préparer sa future retraite avec la Complémentaire Retraite des Hospitaliers

On voit bien, avec les différents changements de cap au cours de l’été, que la réforme des retraites qui se prépare est toujours pleine d’incertitudes.

Quelle sera ma pension de demain ? Dans quelles conditions pourrai-je partir à la retraite ?

Personne ne peut répondre à cette question aujourd’hui. Face à cette situation, pour ne pas subir, et limiter la baisse de votre pouvoir d’achat à la retraite, mieux vaut anticiper. C’est ce que vous propose la Complémentaire Retraite des Hospitaliers, créée par des Hospitaliers pour les Hospitaliers il y a 55 ans.

En cotisant pendant la vie active, vous vous constituez un complément de revenu à la retraite. Vous choisissez vous même votre taux en fonction de vos moyens et 100 % de vos cotisations sont déductibles de votre revenu net global. Renseignez-vous dès maintenant !

Vous souhaitez être appelé gratuitement par un(e) conseiller(ère) de la Complémentaire Retraite des hospitaliers 
cliquez ici

 

Pour faire gratuitement une estimation de votre retraite de base
cliquez ici