Métiers et Carrières

Technicien d’information médicale : un métier encore récent à l’hôpital

29 avril 2019
Le rôle du technicien d’information médicale (TIM) à l’hôpital  est très stratégique: il doit collecter et traiter les informations médicales concernant les patients en vue de la description, l'analyse et l'évaluation de l'activité médicale de l'établissement. C’est un métier récent, créé il y a exactement 30 ans, quand l’informatique est entrée à l’hôpital. Dans l’organisation médicale, le métier de technicien d’information médicale a pris une ampleur nouvelle avec la mise en place de la tarification à l'activité. Il s’est aussi complexifié au fil des années, les parcours cliniques des patients devenant de plus en plus variés. Le métier est accessible grâce à une formation Bac + 2. Le traitement brut d’un TIM débutant est de 1607 euros (grille indiciaire technicien supérieur hospitalier / TSH) et de 2357 euros en fin de carrière. A la retraite, comme tous les agents hospitaliers, un TIM voit ses revenus baisser de 25 à 30 %. Une bonne raison de s’affilier, à tout moment de la carrière, à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice). Il permet ainsi de se constituer un complément de revenu qui sera versé à vie à partir du départ à la retraite.
Technicien d'information médicale à l'hôpital

Le métier de technicien d’information médicale (TIM) est né récemment,  dans les années 1990, avec la mise en place du Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information (PMSI) dans les hôpitaux. A l’hôpital, le TIM a un rôle stratégique : il collecte les informations sur l'activité médicale des services, et il en contrôle la cohérence, et l'exhaustivité. C’est à partir de ces données que l'hôpital pourra être payé par les organismes d'assurance maladie, et que les ressources seront allouées entre les différents services. Une des premières missions du technicien d’information médicale consiste donc à ce que toute l'activité soit facturée et valorisée.

Les données collectées par le technicien d’information médicale aide l’hôpital à prendre des décisions stratégiques

Il doit avoir une double compétence : une connaissance approfondie du milieu médical, de l'organisation médicale, mais aussi des outils bureautiques et des technologies de l'information et de la communication.

Le TIM peut aussi être amené à évaluer l'impact, en terme d'activité médicale, de différents projets de restructuration hospitalière (développement de tel ou tel service).

Son activité a déjà beaucoup évolué en quelques années, passant d'un métier de recueil des données à un véritable métier de donneur de sens, permettant ainsi à un établissement de santé de prendre des décisions stratégiques. Il travaille au Département d’information médicale (DIM), encadré par des médecins, en coopération avec l'ensemble des équipes de l'établissement. Il doit souvent faire preuve de pédagogie, pour expliquer les résultats d'activités. Cyril, technicien d’information médicale depuis 3 ans dans un CHU de la région Aquitaine confirme : « C'est un métier où le relationnel est important : je travaille au quotidien avec les équipes en interne et suis en contact aussi avec l'extérieur, notamment avec l'assurance maladie. »

 Le métier de technicien d’information médicale a pris une ampleur nouvelle avec la mise en place de la tarification à l’activité

Le métier de technicien d’information médicale a pris une ampleur nouvelle avec la mise en place de la tarification à l'activité et le développement de l'information médicale dans les établissements psychiatriques. L'effectif a été en croissance ces dernières années. Et le métier s’est complexifié.

Car la prise en charge des patients devient de plus en plus diversifiée avec des parcours cliniques plus variés avec des retours d'hospitalisation plus nombreux, des suivis de maladies chroniques, la prise en charge de la dépendance et la gestion des retours hospitalisés ou non au domicile ou en établissement. Les patients eux-mêmes sont de plus en plus exigeants concernant leur droit à l’information et à la transparence : ils demandent des explications, exigent de participer à la décision et au processus de soin.

Cela concerne indirectement le TIM dans son coeur de métier, dans la mesure où il est le spécialiste de l'information médicale et aura à participer d'une part à la définition des droits d'accès à l'information, et d'autre part au contrôle qualité de l'information à archiver.

Le métier de technicien d'information médicale est accessible après un diplôme bac + 2 ou plus, dont la formation est la plus souvent dispensée à l'université. Le personnel soignant peut également accéder à cette profession par la voie de formation complémentaire.

Selon la grille indiciaire (technicien supérieur hospitalier), le traitement mensuel brut est de 1607 euros (grade TSH), il atteint 2357 euros en fin de carrière. Comme tous les agents hospitaliers, au moment du départ à la retraite, son revenu chutera probablement de 25 à 30 %. Il percevra donc au maximum 1767 euros (700 euros de moins), à supposer qu’il ait validé tous ses trimestres (entre 167 et 173 trimestres) pour pouvoir partir à taux plein (75 % du traitement calculés sur les 6 derniers mois). Ce qui n’est pas rien. Voilà pourquoi, pour les TIM comme pour tous les agents hospitaliers, il faut anticiper pendant sa carrière pour trouver des solutions pour compenser en partie cette chute prévisible du pouvoir d’achat.

Par exemple, s’affilier à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers, une solution créée par et pour les agents, permet de se constituer un complément de revenu à vie qui commencera à être versé au moment précis où vous partirez à la retraite !

La Complémentaire retraite des hospitaliers, déjà choisie par 360 000 agents hospitaliers, a été créée par des hospitaliers pour des hospitaliers dans ce but précis ! Cotisez maintenant pour vous garantir une rente que vous percevrez dès votre départ à la retraite et pour toute votre vie !


Pour découvrir tous les avantages de la Complémentaire Retraite des hospitaliers
cliquez ici

 

Pour faire une estimation de votre retraite de base
cliquez ici