Loisirs

Trottinettes électriques : trottoirs interdits, vitesse limitée, amende de 135 euros… ce qui va changer

10 juin 2019
Pour mettre fin aux accidents de trottinettes électriques avec les piétons (et à la loi de la jungle !), les pouvoirs publics ont décidé de modifier le Code de la route en fixant des règles strictes pour tous les « engins de déplacement personnel motorisés » (EDPM) !

Dès la rentrée de septembre 2019, pour limiter le danger, interdiction sera faite aux trottinettes motorisées de circuler sur les trottoirs, sous peine d’une amende de 135 euros en cas d’infraction. Désormais, sur un trottoir, l’engin devra être conduit à la main sans utiliser le moteur. Et sur la route, la circulation sera sévèrement réglementée : les écouteurs seront bannis, les freins et les feux seront obligatoires. La vitesse sera limitée à 25km/h. Le décret prévoit aussi un âge minimal de 8 ans pour conduire un EDPM et interdit le transport de passagers.
Trottinettes electriques ce qui va changer

Les trottinettes électriques sur les trottoirs en ville, c’est bientôt fini ! Début mai, le ministère des Transports a finalisé un projet de décret modifiant le Code de la route et fixant des règles strictes pour ces nouveaux engins. Ils répondent certes à un besoin de mobilité en ville et ils sont non polluants, mais leur développement ultra rapide et de manière un peu désordonnée a causé de trop nombreux accidents. Objectif de ce décret : fixer des règles simples qui permettront un usage plus responsable de ces engins.

Interdiction de circulation sur les trottoirs dès la rentrée 2019

Dès la rentrée prochaine, en septembre 2019, la circulation des « engins de déplacement personnel motorisés » (EDPM), comme les trottinettes électriques, monoroues, gyropodes et autres Hoverboard sera interdite sur les trottoirs, partout en France. Alors que la mairie de Paris a déjà instauré une amende de 135 euros pour ceux qui circulent sur les trottoirs, la même contravention s’appliquera prochainement sur tout le territoire.

Et la nouvelle réglementation sera très précise : si vous devez néanmoins emprunter votre trottinette électrique pour rentrer dans un immeuble, vous devrez la conduire à la main sans faire usage du moteur.

Vitesse limitée à 25 km/h pour toutes les trottinettes électriques

Il sera interdit de circuler avec un engin dont la vitesse maximale n’est pas limitée à 25km/h. En ville, les usagers devront circuler sur les pistes cyclables. « Instaurer des règles est une très bonne chose car avec la multiplication des opérateurs qui proposent des trottinettes électriques en libre-service, c’est devenu le Far West », explique Grégoire Hénin, vice-président de la fédération des professionnels de la micro-mobilité. « Ces nouvelles règles vont permettre d’éduquer les utilisateurs. »

Avoir au moins 8 ans pour conduire un EDPM

Mais ce n’est pas tout : il faudra avoir « au moins huit ans » pour avoir le droit de conduire un EDPM. Le transport de passagers sera interdit, de même que le fait de porter des écouteurs. Les utilisateurs de moins de douze ans devront, comme à vélo, porter un casque. De nuit, ou de jour par visibilité insuffisante, les usagers devront obligatoirement porter un gilet rétro-réfléchissant. Les engins devront eux être équipés de feux avant et arrière, de dispositifs rétro-réfléchissants (comme sur les vélos), de freins et d’un avertisseur sonore.

Les ventes liées à la micromobilité (engins électriques, mécaniques et accessoires) ont augmenté de 32 % en 2018. 1,64 million d’engins ont été vendus l’an dernier, avec une baisse des engins mécaniques (– 20 %) et un bond des ventes des engins électriques (+ 43 %).