Vie à l'hôpital

RoseCar : le co-voiturage des patients qui combattent le cancer

28 mars 2017
Grâce à ce site gratuit lancé par l’association Rose, les malades du cancer peuvent s’organiser et mettre en place, entre eux, un système de co-voiturage pour venir à l’hôpital et recevoir leurs soins. RoseCar accompagne le développement massif des actes de cancérologie en ambulatoire ces dernières années. Ce bouleversement oblige les patients à faire de nombreux aller-retour entre chez eux et l’hôpital. RoseCar propose un mode de transport solidaire et plus écologique.
Rosecar du covoiturage pour les malades du cancer
RoseCar est le premier site solidaire gratuit ! Il permet aux patients malades du cancer, qui vivent à proximité les uns des autres, de se rendre ensemble au même hôpital pour suivre leurs traitements.
Créé en décembre 2016, ce site ressemble à une plate-forme de covoiturage traditionnel. Le graphisme est agréable, le site facile d’utilisation : les patients s’organisent via un calendrier pour mettre en commun leurs trajets en voiture. Le lundi par exemple, c’est le mari d’une première patiente qui fait office de chauffeur et qui emmène trois autres patients, puis le mardi, la compagne d’un second patient prend le relais et ainsi de suite toute la semaine.

Une réponse au développement des actes en ambulatoire

La création de ce système est une réponse au développement des actes de cancérologie réalisés de plus en plus en ambulatoire. Selon Céline Lis-Raoux, ancienne malade, cofondatrice de l'association, 88 % des actes de cancérologie sont désormais réalisés en ambulatoire.L’hospitalisation de jour a totalement bouleversé le rythme des déplacements. Pour 45 séances de radiothérapie (la moyenne pour un cancer du sein), le patient devait donc jusqu’à maintenant trouver, pendant 45 jours de suite, un ami, un parent qui l’accompagne, ou un taxi ! « Quand j’ai eu mon cancer du sein », explique Ludivine, ancienne patiente à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif « je devais me rendre tous les jours à l’hôpital pendant un mois et demi. Mais c’était très compliqué de trouver un taxi conventionné, et pourtant j’habite une grande ville ! » En 2013, le coût des transports sanitaires s'élevait à 4 milliards d’euros, soit 2,5 % des dépenses de l'Assurance maladie. Cette année, la Cour des comptes a préconisé de réduire l'addition de 450 millions d’euros alors que la France compte 250 000 nouveaux malades par an. La plateforme RoseCar est donc un outil qui va donc de plus en plus faciliter la vie des patients mais qui peut aussi participer à la réduction des dépenses de santé.

RoseCar permet de créer du lien entre les patients et de partager

Autre avantage : RoseCar est éco-responsable, car une voiture pollue moins que trois. Et la plateforme peut participer à rompre l’isolement des malades et à créer du lien entre des patients qui ne se connaissent pas. Grâce à ce site, ils peuvent, pendant quelques minutes, échanger, se livrer, partager : une sorte de sas de décompression. Reste un souci : les parkings des hôpitaux sont saturés. Ils n'ont pas été conçus pour accueillir ce va-et-vient de véhicules. « Forcément, il y a quarante ans, la chirurgie ambulatoire n'existait pas. Les malades passaient leur nuit dans une chambre », explique encore Céline Lis-Raoux. Des places de parking sont donc réservées aux usagers de RoseCar dans plusieurs établissements : à l'hôpital Bergonié de Bordeaux (Gironde) et bientôt à l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne) et d’autres encore qui suivront très bientôt.