Métiers et Carrières

Les métiers de la prématurité

3 février 2020

Depuis une vingtaine d’année, le nombre d’enfants nés avant terme augmente régulièrement. Cela représente aujourd’hui plus de 50 000 naissances, avec des prises en charge de plus en plus complexes. Les progrès médicaux permettent de mieux gérer l’immaturité des organes des petits malades mais aussi de réduire les conséquences pour leur vie future. Les équipes se spécialisent avec par exemple, des neuropédiatres et des infirmières puéricultrices qui utilisent des techniques comme le NIDCAP pour améliorer le temps d’hospitalisation des prématurés.
Métiers de la prématurité

Qu’est ce que la prématurité ?

Il existe trois niveaux de prématurité selon le stade de naissance de l’enfant. En France, selon une étude de l’Inserm, 85% des prématurés sont nés entre 32 et 37 semaines d’aménorrhée (SA). On parle de prématurité moyenne. Puis la grande prématurité entre 28 et 32 SA (10%) et la très grande prématurité avant 28 SA (5%).

Des parcours différents selon les prématurités

Les services de réanimation néonatale reçoivent les cas demandant le plus de vigilance : les bébés sont intubés et ne peuvent respirer spontanément.

Les réanimateurs pédiatriques, comme les infirmières puéricultrices (IPDE), contrôlent en permanence les constantes. Souvent sont associés des spécialistes en cardiologie, en neuropédiatrie ou encore en pneumologie.

Lorsque le petit patient peut respirer sans aide, il est transféré dans un service de néonatologie. Certaines équipes soignantes sont formées à des programmes comme le NIDCAP qui est une approche globale des soins basée sur l’observation des nouveau-nés. Les psychologues hospitaliers interviennent dans ces services pour mieux appréhender les comportements des prématurés mais aussi accompagner les parents. Le travail d’un psychologue dédiée à l’équipe soignante est à découvrir ici.

La prise en charge des parents

Dès la naissance de leur enfant, les parents sont pris en charge par l’équipe de réanimation pédiatrique qui doit expliquer le plus simplement possible la situation. Tout au long de l’hospitalisation, qui peut durer plusieurs mois, un suivi avec un psychologue est proposé. Des IPDE aux auxiliaires de puéricultrices, toute l’équipe est attentive aux comportements de parents pour que la sortie se passe le mieux possible.